La petite fabrique des bibliographies

Elles sont distribuées par les professeurs. Elles peuvent être lues, parfois. Elles peuvent être d’une grande aide. Elles occupent une place de choix dans les différents manuels de méthodologie pour la rédaction des travaux universitaires. Elles peuvent être trafiquées. Elles peuvent donner du panache à un travail de réflexion, mais elles peuvent également agir en trompe l’œil. Elles sont la caution intellectuelle, la légitimité de bon nombre d’études critiques. Elles sont la voiture-balai de nombreux essais. Elles ouvrent des pistes, elles se situent après les mots magiques “et si vous voulez en savoir plus”. Elles font office de Golden Gate entre ce qui est enseigné en amphi et ce qui s’apprend personnellement. Lire la suite La petite fabrique des bibliographies

Service public confidentiel

De l’art de la disponibilité

Dans ce papier, il s’agit d’évoquer les activités entreprises lorsqu’on est dans la situation où l’on doit répondre aux exigences des lecteurs, être attentifs à leurs attentes, vigilants quant au bon fonctionnement de l’espace dans lequel on se trouve…, et que ces lecteurs, justement, ne se manifestent pas. Quand c’est le calme plat. Mais que les agents postés pour le renseignement sont bien là, disponibles, et – oserai-je ? – attendent. Que font les pompistes quand les réservoirs sont pleins, le garage nettoyé, les pneus livrés rangés, les essuie-glaces déballés, quand tout est prêt, finalement ? Que font-ils ? La sieste est compromise, car le client pourrait montrer son nez, des braqueurs pourraient débarquer. Ils doivent rester là, présents, disponibles, à l’écoute, mais que font-ils en fait ? Ou plutôt qu’ont-ils le droit de faire, déontologiquement parlant ? Qu’est-ce qui passerait et qu’est-ce qui ne passerait pas auprès d’une instance de contrôle ? Lire la suite Service public confidentiel

Tempus fugit, saison 1 épisode 1 : la longue-vue

Invité à prononcer la conférence inaugurale du dernier congrès de l’ABF1, le sociologue des professions Claude Dubar distinguait chez le bibliothécaire quatre postures superposées en strates, témoins des grandes phases d’évolution de son métier et liées aux changements des politiques publiques. Au “classique” des années soixante a succédé le “militant”, puis le “gestionnaire-manager”, et enfin le récent “socio-anthropologue” non seulement explorateur des usages des publics, mais aussi observateur de ses propres pratiques. C’est cette posture réflexive, à la fois modeste et assumée qui s’exprime dans cet espace de partage et de questionnement qu’est Premier Mardi, le carnet de l’équipe de la bibliothèque Sainte-Barbe. Lire la suite Tempus fugit, saison 1 épisode 1 : la longue-vue

  1. 60e congrès à Paris du 19 au 21 juin 2014 []

La lettre

La lettre d’information électronique, arrivant à périodes fixes dans la boîte mail de ses destinataires, est l’un des moyens à la disposition des bibliothèques pour toucher leur public. Décriée par les uns pour son insuffisante modernité – n’est-elle pas un succédané informatique de la traditionnelle missive de papier ? – , par d’autres pour la pesanteur qui lui est parfois associée, ou encore pour ses taux d’ouverture souvent bas, la “newsletter” demeure cependant un média sans équivalent. Quand un message Twitter ou Facebook, dans son immédiateté, vise à proposer une information ponctuelle, en lien avec une actualité opérationnelle (message de service, événement ou manifestation, information sur une acquisition récente), la lettre d’information s’inscrit dans une durée plus longue. Quand un message bref n’a pas vocation à être conservé, relu, archivé, la succession des lettres d’information crée au contraire une continuité apte à véhiculer une image construite de l’établissement. Une lettre d’information permet également de proposer des textes plus longs que ceux des réseaux sociaux, et offre donc un mode de lecture différent. L’information peut ainsi être développée et structurée pour démontrer par exemple la cohérence des acquisitions dans tel ou tel fonds, présenter des services ou des ressources en ligne, etc. Lire la suite La lettre

Des chiffres et des lettres : externalisation de l’équipement dans le cadre d’un marché mutualisé de la reliure

La bibliothèque interuniversitaire Sainte-Barbe a fêté en mars 2014 les cinq ans de son ouverture au public. La constitution de ses collections avait commencé longtemps avant cette date, en 2000. Fin 2008 la bibliothèque avait déjà acquis 120 000 volumes et en comptait plus de 130 000 avant le premier désherbage de ses collections, un an plus tard.

Le choix de l’externalisation de l’équipement des monographies à la bibliothèque a donc été décidé dès la préfiguration de l’établissement.

Tous les ouvrages acquis avant l’ouverture au public furent équipés par un prestataire extérieur : plastification, renforcement, et pose des étiquettes de cotes, ou rondage. Lire la suite Des chiffres et des lettres : externalisation de l’équipement dans le cadre d’un marché mutualisé de la reliure