aaab3

Les archives du collège Sainte-Barbe, don de l’Association amicale des anciens barbistes

Inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, les bâtiments qui accueillent la bibliothèque interuniversitaire Sainte-Barbe regorgent encore de traces de son illustre prédécesseur, le collège Sainte-Barbe. Les mosaïques de l’ancien réfectoire ornent désormais les marques-pages donnés lors de l’inscription à la bibliothèque, les invités des conférences s’installent toujours sur les bancs de l’amphithéâtre de physique-chimie, les étudiants d’aujourd’hui dévalent inlassablement les mêmes escaliers de bois que les élèves d’autrefois et les noms des illustres barbistes ornent pour toujours les façades de la cour intérieure. Un trésor du passé reste cependant méconnu : depuis 2008, les archives de l’Association amicale des anciens barbistes dorment dans un insoupçonnable petit local de la bibliothèque.

L’AAAB est la plus ancienne association d’anciens élèves de France. Fondée officiellement le 4 avril 1820, elle a été reconnue d’utilité publique en 1880. Elle est régie par la loi de 1901. Outre les anciens élèves, elle réunit d’anciens professeurs, administratifs et employés du collège. Très attachés à leur collège, fermé pour liquidation judiciaire en 1999, ses membres ont pris la décision de donner à la bibliothèque Sainte-Barbe leurs archives afin qu’elles soient conservées dans ses anciens locaux et confiées à une institution à même de les valoriser dans le respect de l’identité historique du collège Sainte-Barbe. Documents manuscrits ou dactylographiés, photographies de classe, gravures du collège, plaques d’imprimerie et cadres représentant les illustres barbistes, médailles, ouvrages consacrés à l’histoire du collège ainsi qu’à ses grands noms : les archives collectées et données par l’Association sont une mine d’informations sur la vie de l’établissement au 19e et au 20e siècle mais aussi sur les rouages d’une association qui a presque deux cents ans d’existence.

Dépoussiérage, tri, plan de classement, reconditionnement : en trois mois et demi, le passionnant vrac donné par l’AAAB a bénéficié d’une organisation matérielle et intellectuelle qui permet d’envisager à très court terme un signalement intégral dans CALAMES1. L’ouverture des cartons a été l’occasion de découvrir les trésors que recèle le fonds : le sérieux d’Edouard Herriot entouré de ses camarades de classe de seconde, l’air goguenard du charismatique Jean Jaurès au premier plan de la photographie de sa classe de rhétorique, des timbres émis à l’occasion du demi millénaire du collège et des menus de banquet illustrés par le peintre de la marine Hervé Baille. Les grands noms barbistes apparaissent au détour des documents. Gustave Eiffel, Léon Gaumont, Ignace de Loyola, Charles Péguy, Jérôme Carcopino, Jean Calvin et bien d’autres forment « le panthéon barbiste » selon la formule d’un des directeurs du collège. Admiratifs de leurs illustres aïeux et fascinés par le prestige de leur établissement qui a traversé les siècles, les membres de l’association des anciens élèves ont réuni et conservé un nombre important de documents, reflets de leur grande famille barbiste. Moins prestigieux, mais plus précieux pour les chercheurs et les historiens, les bulletins de notes, les avertissements, les cahiers de préparations aux examens, les photographies des salles de classe, les registres de comptabilité ou les échanges de correspondance avec les fournisseurs redonnent vie au collège. Cache-nez oublié, impertinences répondues au préfet des études, demande d’admission, fierté d’un interne décrivant à sa sœur sa nouvelle vie de collégien : les documents composant le fonds illustrent le quotidien d’un ancien établissement scolaire de prestige.

Doté d’un plan de classement permettant de rendre compte de la diversité des contenus et des supports, le fonds donné par l’AAAB est désormais décrit dans un inventaire encodé selon la DTD-EAD2. Dépoussiérées, conditionnées, inventoriées, les pièces, dès leur futur signalement dans CALAMES, ne manqueront pas de susciter l’intérêt  et de nourrir la recherche dans des domaines aussi divers que, par exemple, l’histoire de Paris, l’histoire de l’enseignement et de l’éducation, la vie quotidienne aux 19e et 20e siècles, l’histoire de la photographie. Et de faire ressurgir le passé des nombreux élèves, connus ou non, qui ont étudié au collège Sainte-Barbe depuis sa fondation en 1460.

  1. Le catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur : www.calames.abes.fr/ []
  2. La syntaxe d’un standard d’encodage de description d’archives []
Denis

Denis

Denis est responsable de la formation des publics et du personnel de la bibliothèque Sainte-Barbe depuis septembre 2013. Un concours à préparer, des compétences à acquérir, un nouveau collègue à accueillir ? C’est son domaine. Favoriser l’ouverture à de nouveaux savoirs est d’ailleurs une préoccupation omniprésente dans l’ensemble de son parcours.

C’est par vocation que Denis choisit le métier d’instituteur. Après une formation à l’École normale d’Auteuil et des études de musicologie à la Sorbonne, il débute son sacerdoce à Paris, poursuit en banlieue, et enfin en province rurale. Autant d’environnements très différents pour une même gratification : la satisfaction d’aider les enfants à apprendre le monde et à penser par eux-mêmes.

De ce métier extrêmement exigeant, il retire un perfectionnisme, un investissement et une constante recherche d’amélioration qui deviendront des habitudes de travail. Continue la lecture

Le désherbage des périodiques imprimés

Désherbage des périodiquesLe contexte

En 2014, la bibliothèque Sainte-Barbe compte 304 titres, dont 224 empruntables (74%) et 80 non empruntables (26%).

Les périodiques imprimés relevant des domaines disciplinaires sont répartis dans les étages : les revues de littérature au 1er étage avec la littérature, celles de droit au 3e étage avec les ouvrages de droit, etc.

41% des abonnements, soit 124 titres, sont mis à disposition des usagers dans l’espace dit du “Kiosque”, lieu de convivialité où les lecteurs peuvent tout à loisir venir feuilleter la presse, converser… ou dormir. On y trouve des journaux, des magazines et des revues de niveau grand public, ainsi que des revues de niveau universitaire pluridisciplinaires, ou ne relevant pas strictement des domaines disciplinaires représentés à la bibliothèque. Continue la lecture

Défense et illustration des périodiques imprimés

Périodiques

Faisons un brin de Causette au sujet des périodiques, en essayant de ne pas partir tous Azimuts.

Le XXIe siècle est le Temps des médias, où cohabitent des supports d’information variés (journaux, radio, télévision, revues électroniques…) et des moyens de communication instantanée, qui nous permettent à tout moment d’avoir des Echos des événements internationaux. Dans ce paysage médiatique en Expansion transformé par les Réseaux sociaux et par le Web 2.0, l’information devient immédiate et peut combiner différents supports (textes, photos, vidéos, graphiques, frises chronologiques1…). Continue la lecture

  1. Par exemple, des frises chronologiques retracent le conflit syrien, en illustrant les principaux événements par des images ou des vidéos (http://rue89.nouvelobs.com/2013/09/01/syrie-chronologie-tout-comprendre-245336) ou par des commentaires et des liens vers des articles (http://ici.radio-canada.ca/sujet/syrie/2013/06/19/001-chrono-conflit.shtml). []

Le désherbage des monographies imprimées

Désherbage_monographiesLa politique de désherbage est un point stratégique d’importance pour la bibliothèque Sainte-Barbe. Offrant toutes ses collections en libre accès et ne bénéficiant d’aucun magasin de stockage, l’établissement ne peut renouveler ses collections qu’en articulant sa politique d’acquisitions avec sa politique d’élimination.

Depuis son ouverture au public en mars 2009, ses collections de monographies se sont régulièrement accrues, passant de 130 000 volumes en 2009 à plus de 148 000 au 31 décembre 2013. Les opérations de désherbage ont commencé dès l’ouverture de la bibliothèque mais n’ont réellement pris de l’ampleur qu’en 2010, pour concerner chaque année plusieurs milliers de volumes : 7 600 en 2010, 4 300 en 2011, 4 800 en 2012 et 7 000 en 2013. Continue la lecture


Carnets de recherche