Intégrer la bande dessinée aux collections d’une bibliothèque universitaire

L’idée

Pourquoi intégrer des bandes dessinées dans les collections d’une bibliothèque universitaire ? Tout simplement pour rendre accessible aux lecteurs une nouvelle forme d’ouvrages documentaires. Il est en effet bien dommage d’écarter les bandes dessinées des collections d’une bibliothèque universitaire alors que leur contenu peut y être parfaitement légitime. Pour l’instant, les pratiques d’acquisition élaborées à la bibliothèque délaissent les bandes dessinées, mise à part leur représentation dans la cote 741.5, par l’intermédiaire des ouvrages critiques ou théoriques ayant pour sujet la bande dessinée. Il ne s’agit pas de proposer des bandes dessinées à des fins de loisir, mais de rendre accessible cette forme d’expression dans le milieu universitaire qui, encore bien souvent, lui demeure hostile. Il ne s’agit pas non plus d’adopter un comportement, dans lequel les bandes dessinées relèveraient d’un quelconque prétexte. Je pense à ce sujet au syndrome des bandes dessinées dites historiques, dans lequel la valeur historique est censée apporter une légitimité à leur contenu (du type : « ce lecteur ne lit que des bandes dessinées, mais au moins, ce sont des bandes dessinées historiques »). Il s’agit plutôt d’intégrer des ouvrages dans lesquels le contenu prime sur la forme, ce qui lui permet de dépasser les préjugés qui lui sont attribués. De la même manière, l’objectif n’est pas d’acheter des bandes dessinées pour acheter des bandes dessinées. Tout simplement, il s’agit de ne pas se priver de cette forme d’expression.

De ce fait, il n’est pas question de développer un fonds spécifique de bandes dessinées, en tant que fonds supplémentaire, au sein des ressources documentaires accessibles dans la bibliothèque, mais d’intégrer les bandes dessinées dans les fonds qui existent déjà, en respectant les exigences liées à une politique documentaire destinée à servir un lectorat relevant de l’enseignement supérieur. L’objectif est de faire figurer des bandes dessinées sur les rayonnages de la bibliothèque au même titre que les autres ouvrages documentaires, avec le même système de cotation. Par exemple, à la cote 791.430 1 Cinéma – Théorie et critique, il sera possible de trouver Pour en finir avec le cinéma de Blutch, ouvrage qui, rappelons-le, a été désigné comme étant un des meilleurs livres sur le cinéma par Les cahiers du cinéma pour l’année 2011. Sans intégrer, avec objectivité et précision, les bandes dessinées dans la politique documentaire de la bibliothèque, ce type d’ouvrage passe à la trappe dans les acquisitions et les lecteurs se voient privés de certaines références.

La pratique et l’organisation

Le processus de validation des acquisitions de bandes dessinées doit être fondé, comme celui des autres ouvrages d’ailleurs, sur l’échange et la concertation, ce qui permet d’éviter heurts et écueils. L’intégration des acquisitions de bandes dessinées dans l’économie générale des acquisitions documentaires de la bibliothèque relève d’une simplicité enfantine. Il suffit de transposer les impératifs liés au développement des différents fonds développés dans la bibliothèque au secteur éditorial de la bande dessinée. Ainsi, les acquisitions de bandes dessinées doivent obéir  aux mêmes critères de sélection que ceux qui ont été établis pour les ouvrages documentaires déjà pris en compte par la politique d’acquisition de la bibliothèque. Texte fondateur, la charte documentaire pose les grands principes régissant les acquisitions : public visé, disciplines couvertes, services associés aux collections. Acquérir des bandes dessinées en s’appuyant sur ce texte est possible. Tout comme est possible la prise en compte de ce type d’ouvrages dans le plans de développement des collections qui formalisent les pratiques d’acquisitions des 27 secteurs disciplinaires de la bibliothèque. En s’appuyant sur une veille documentaire, il devient alors possible de soumettre des propositions d’acquisitions au jugement des différents responsables des différents fonds.

Certaines affinités entre des ouvrages déjà présents dans les collections de la bibliothèque et le support bande dessinée invitent à sauter le pas et plaident pour cette intégration.  Par exemple, il est possible d’établir une liaison entre le livre Working : histoires orales du travail aux Etats-Unis de Studs Terkel, présent dans les collections de sociologie, et sa version en bande dessinée. Cette correspondance entre deux ouvrages, présentant un contenu en partie similaire, mais sous des formes différentes, pourrait être le symbole de l’axe de développement de l’intégration des bandes dessinées dans les collections de la bibliothèque. Il faut néanmoins préciser que cette correspondance est plus aisée à établir dans le contexte des livres documentaires que dans celui des livres de fiction. L’intégration des adaptations d’ouvrages de fiction en bande dessinée demeure beaucoup plus délicate et, pour l’instant, les critères qui pourraient orchestrer leur développement nécessitent réflexion. Mais le seront peut-être, tout reste possible.

Quelques précisions

Les divers secteurs documentaires de la bibliothèque développent de manière contrastée leur tropisme en direction de la bande dessinée. De manière générale (et suite à de rapides observations de l’activité éditoriale de la bande dessinée), la sociologie, l’histoire, les sciences politiques et le journalisme sont les domaines les plus à même d’incorporer des bandes dessinées. Plus que le droit ou la linguistique, en cohérence avec les principes décrits précédemment. C’est actuellement le cas, mais ça ne le sera pas forcément demain.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

5 réflexions sur “ Intégrer la bande dessinée aux collections d’une bibliothèque universitaire ”

  1. bonne idée. Pour donner un autre exemple, reconnu par l’historien JP Filiu pour son enquête remarquable : Joe S., 2010, Gaza 1956: En marge de l’Histoire, Futuropolis, 424 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">