Collections numériques et domaine public

Depuis la généralisation de l’accès à Internet, des oracles amateurs nous prédisent dans les pages de la presse nationale et à la fin des repas de famille1 que « c’est la fin des bibliothèques ». Pour quiconque a pris la peine de réfléchir quelques minutes sur le sujet (donc a fortiori une proportion non négligeable des professionnels), cette prophétie millénariste semble ne pas tenir compte de ce qu’est une bibliothèque. Il ne s’agit pas en effet d’un amoncellement séculaire de matière première intellectuelle, capharnaüm à visée universelle. Le rôle des bibliothèques2 n’est pas d’amasser les sources de connaissance, mais de les sélectionner, de les décrire, de les ordonner et de les valoriser pour les mettre à la disposition des usagers. En théorie, le réservoir de contenu culturel potentiellement infini qu’est le web devrait donc fournir aux bibliothèques plus de travail que d’inquiétude.

Changement de rythme et d’exigences

Le rythme traditionnel du traitement des entrées de collections imprimées est régulier : on sélectionne des ouvrages, qu’on achète ; quand on les reçoit, on les décrit dans le catalogue, et on les ordonne, pour les mettre à disposition du public. Le traitement des collections numériques est différent, car on achète les titres en gros (c’est à de trop rares exceptions près la seule offre un tant soit peu acceptable que les éditeurs fassent aux bibliothèques). On hérite donc, d’un coup, de masses très importantes de collections d’intérêt variable, et généralement on fait ce que fait toute bibliothèque qui récupère un legs volumineux : on attend3. L’étape suivante consiste dans la sélection parmi ces documents de ceux que l’on souhaite véritablement intégrer à nos fonds, puis dans leur description – ici se confrontent deux stratégies : une description automatisée, avec les métadonnées fournies par les éditeurs (tellement plus rapide) ou une description manuelle, par les catalogueurs (tellement plus rigoureuse). Cette prise en compte de la charge de travail nécessaire à une description de qualité nous amène à réfléchir à l’opportunité de conditionner l’achat de ressources électroniques à la qualité des métadonnées que proposent les éditeurs. Encore une fois, nos missions – et donc la raison de notre existence, puisque nous sommes un service public – ne se limitent pas à l’acquisition de documents. À plus forte raison quand les coûts de ces acquisitions suivent une courbe peu compatible avec celle de nos moyens budgétaires. Et ce d’autant plus que les initiatives comme OpenEdition et Recherche Isidore ont démontré qu’un prix extraordinairement élevé n’était pas une condition nécessaire à la qualité ni à la pertinence d’une offre documentaire. Nous devenons des clients exigeants.

Gratuité et domaine public

Nos fonds imprimés de littérature, par nature, comptent de nombreux ouvrages qui se sont élevés au domaine public. Nous les avons payés : l’appartenance des textes au domaine public ne rend pas les livres gratuits. Les éditeurs fournissent, outre le travail scientifique des auteurs de l’éventuel appareil critique, la matière du livre papier, l’objet livre que nous pouvons ainsi mettre à disposition du public4. L’édition de l’ouvrage a un coût, que nous payons. En revanche, quand une bibliothèque envisage de monétiser l’accès à des textes numérisés relevant du domaine public, nous tiquons. Parce que la valeur ajoutée de ces contenus reste à définir, parce que nous ne sommes plus des pigeons fortunés. Mais surtout parce que nous pensons qu’une bibliothèque a pour mission de favoriser l’accès de chacun à la culture et à la connaissance, et que, lorsqu’elle est chargée de la préservation et de la diffusion du patrimoine national, elle n’a pas à le privatiser pour le revendre. Qu’elle entende le revendre à des établissements publics liés à l’enseignement et à la recherche ajoute à  notre mécontentement et semble témoigner d’un certain cynisme très discutable. Quant au fait qu’elle entende vendre du domaine public à des confrères, l’élégance du geste achève de nous mettre en joie. Telle pourtant semble être la nature des accords de numérisation passés par la Bibliothèque nationale de France avec la société Proquest, qui émeuvent la profession5 et plus largement tous ceux qui sont attachés à la sauvegarde des biens communs de la connaissance. Aussi, si la BnF persiste dans son projet de privatisation de ses fonds anciens numérisés, la bibliothèque Sainte-Barbe ne comptera pas parmi ses clients.

Quelles alternatives ?

Par principe, par essence, par définition, personne ne détient d’exclusivité sur les textes du domaine public. Nombreux sont donc les particuliers, les associations, les institutions, les éditeurs commerciaux qui proposent des versions numériques de textes qui y sont entrés. Pendant que la BnF annonce son intention de privatiser « tous les exemplaires des incunables imprimés avant 1500 et un exemplaire par édition pour les imprimés des XVIe et XVIIe siècle », un catalogue de livres du domaine public français est apparu. Ce dernier, volontairement rudimentaire, recense des livres du domaine public accessibles gratuitement en ligne, sous différents formats. Cette initiative est l’occasion de rappeler qu’il est tout à fait envisageable de trouver facilement des livres numériques sur des plateformes suffisamment pérennes pour ajouter ces derniers à nos catalogues. Certes, l’offre de la BnF est incomparable par son volume annoncé, mais les bibliothèques ont déjà expérimenté les acquisitions pléthoriques qui restent encore à traiter. Effectivement, on serait peut être en droit d’espérer que l’offre de la BnF s’accompagne de métadonnées de qualité – ou, à défaut, de pouvoir récupérer les notices des exemplaires imprimés – mais nous pouvons également penser que les descriptions des alternatives libres ne sont pas si mauvaises6, et nous savons cataloguer. Enfin, bien sûr, aucune autre initiative n’offre des fonds aussi exceptionnels, ni une meilleure assurance de pérennité que la BnF. Entendons nous bien : il ne s’agit en rien de dénigrer le produit qui en résultera. Il est clair que le projet est ambitieux, et d’une richesse remarquable tant pour la recherche, l’enseignement, que pour les particuliers bien sûr, qui ont fait le succès de Gallica. Mais c’est justement la richesse de ces biens communs, les promesses de ce domaine public que nous déplorons de voir privatiser par un service public. Il est sans doute inutile de caricaturer les positions des différents intéressés : les défenseurs de la solution qui se veut « pragmatique » ne sont pas des mercenaires à la solde des industries privées, non plus que les tenants de la protection des biens communs ne sont pas des utopistes déconnectés des réalités. Cependant, en tant que client potentiel, nous sommes acteur, et devons prendre une décision. La solution retenue par la BnF7 ne nous convient pas pour des raisons tant économiques qu’éthiques. S’il le faut, nous attendrons donc dix ans, comme le reste du public.

  1. Sans doute parce que la Pythie vient en mangeant. []
  2. Si l’on se limite à ce qui concerne les collections. []
  3. Ce temps de décantation a le mérite d’en vérifier la pertinence, une fois l’euphorie de l’effet d’aubaine passée. []
  4. Le fait de proposer un livre sur nos rayonnages est en soi une forme de valorisation de nos collections, et de propulsion de contenu. []
  5. Voir les communiqués de l’Association des bibliothécaires de France (http://www.abf.asso.fr/2/22/320/ABF/communique-abf-sur-les-deux-partenariats-conclus-pour-la-numerisation-et-la-diffusion-des-collections-de-la-bibliotheque-nationale-de-france?p=2), de l’Interassociation archives bibliothèques documentation (http://www.iabd.fr/2013/01/22/domaine-public-le-grand-emprunt-jusqua-labsurde/), de l’association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (http://adbu.fr/actualites/communique-la-numerisation-des-oeuvres-du-domaine-public-doit-permettre-leur-libre-acces-a-tous/) et de l’association des professionnels de l’information et de la documentation (http://www.adbs.fr/l-adbs-donne-son-avis-sur-des-accords-de-partenariat-signes-par-la-bnf—125244.htm). []
  6. Pour exemple, se reporter aux descriptions RDF/XML du projet Gutenberg : http://www.gutenberg.org/wiki/Gutenberg:Feeds. []
  7. Et cette solution n’était certainement pas la seule envisageable. []

2 réflexions sur « Collections numériques et domaine public »

  1. « Si la BnF persiste dans son projet de privatisation de ses fonds anciens numérisés, la bibliothèque Sainte-Barbe ne comptera pas parmi ses clients »

    Ce type d’offre ne s’adresse pas à une bibliothèque de premier cycle : les documents anciens numérisés sont achetés à destination des chercheurs (bébés chercheurs en M2 et surtout doctorants, post-docs et enseignants-chercheurs).

    1. La question du périmètre de l’offre est en effet intéressante. Pour y répondre dans les termes posés par votre commentaire, commençons par préciser que la bibliothèque Sainte-Barbe inscrit jusqu’au M2 tous les étudiants de Paris et d’Ile-de-France, qui représentent en 2012 23% de son public, soit 8542 usagers. Les élèves de l’Ecole des chartes sont également nombreux à fréquenter notre établissement et à recourir à nos ressources.

      En outre, on ne devient pas chercheur par génération spontanée sur le coup des 25 ans, et on ne se découvre pas incunabuliste un beau matin en se levant. Il faut, un jour, dans une bibliothèque par exemple, avoir eu l’occasion d’approcher ces documents ou leur reproduction. Que serait l’offre documentaire d’une bibliothèque universitaire qui ne permettrait pas aux étudiants de développer leur curiosité individuelle, d’approfondir une recherche personnelle ou de prolonger une visite d’exposition?

      Enfin, et plus globalement, il n’est pas forcément pertinent, en matière d’accès aux documents numérisés, de cultiver la dichotomie entre l’étudiant de base et le chercheur chevronné. Le nombre de bases très haut de gamme moissonnées par Gallica est important, ce qui ne l’empêche nullement d’avoir une offre lisible et adaptable à tous ses types de publics. C’est précisément ce qui en fait la richesse et le succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *