Les illustres inconnus de Sainte-Barbe

illustres_inconnusDans la cour intérieure de Sainte-Barbe, côté Valette et côté Chartière, de petits frontons ornementent l’enfilade des fenêtres du 2ème étage. On y voit deux séries de noms en lettres bleues sur fond or dont on peut se douter qu’il s’agissait d’illustres élèves de l’ancien collège1. Ces noms m’ont intrigué lors de mon arrivée et j’ai eu envie d’en savoir un peu plus et de voir si l’on pouvait encore établir un lien entre leur mémoire et notre bibliothèque.

Quelques-uns de ces noms résonnent encore un peu dans la mémoire collective. Côté Valette, la postérité se souvient d’Eugène Scribe (1791-1861), prolixe auteur dramatique des années 1830-1860 dont les 425 pièces ont déserté les scènes mais auquel le répertoire lyrique est redevable – à lui et à ses nombreux nègres – de quelques livrets de grands opéras célèbres : la Muette de Portici d’Auber, Le Comte Ory de Rossini, Les Huguenots de Meyerbeer, La Juive d’Halévy, Les Vêpres siciliennes de Verdi2. Bref tout le grand répertoire d’opéra français des années 1820-18503. H. Labrouste, côté Chartière, ne peut être ignoré de vous. Le célèbre architecte de la grande salle des imprimés de la Bibliothèque nationale et de notre voisine la Bibliothèque Sainte-Geneviève - et son petit frère Théodore - entretiennent des rapports intéressants avec l’ancien collège Sainte-Barbe qui mériteraient un article à eux seuls.

Mais c’est plutôt à ceux dont le nom ne nous disent que très vaguement quelque chose ou restent désespérément muets que cet article s’intéressera et consacrera quelques lignes.

Trois d’entre eux ont résolument échappé à mes investigations et semblent tenir à préserver leur mystère. Évidemment, leurs noms, seulement flanqués d'une initiale, ont quelque chose de très anonyme : V. Peronnet (Victor ? Vincent ? ), V. Charon, C. Dumas. Je n’ai pas réussi à trouver qui ils furent et à quel titre ils figurent ainsi au côté de leurs plus illustres condisciples sauf peut-être le dernier. Il pourrait en effet s’agir du « Comte Dumas », mentionné dans l’historique du collège sur le site de l’Amicale des Anciens Barbistes, à savoir Christian Léon Dumas (14 décembre 1789 - Paris † 19 février 1873 - Paris) qui fut colonel d'état-major, aide de camp de roi Louis-Philippe Ier, député de Charente-Inférieure, Commandeur de la Légion d'honneur, mais je n’en suis pas absolument sûr.

En attendant que quelqu’un ne nous trouve quelques éléments sur eux, je voudrais vous présenter ceux qui tout de même ont laissé quelques traces parfois un peu floues mais encore détectables grâce à notre cher moteur de recherche universel et à quelques bons articles dans Wikipedia.

Je ne vous les présenterai pas dans l’ordre où ils apparaissent sur les façades, ni par ordre alphabétique, mais par ordre chronologique d’apparition – enfin de date de naissance – en espérant que cette chronologie nous apprenne quelque chose sur leur époque puisque, grosso modo, ils appartiennent tous à la génération de 1790-1800, ont commencé leur carrière sous la règne de Louis-Philippe et connu leur apogée sous le second Empire, ce qui explique que leurs noms figurent sur des bâtiments construits entre 1881 et 1882, lors de la dernière rénovation par Ernest Lheureux de l’Ecole préparatoire, qui devait devenir finalement le Collège Sainte-Barbe tel que nous le connaissons4.

Commençons par le plus « ancien », Claude Bellaigue. Né à Paris en 1787, mort à Moulins en 1873, il fut avocat et député de l'Yonne de 1831 à 1834. D'abord dans l'opposition, il semble s'être recentré au cours de la législature et avoir fait partie de ce « Juste milieu », courant politique caractéristique du règne du roi constitutionnel Louis Philippe.

Il n'a rien légué de spécifique à la postérité, sinon une intéressante progéniture. Son fils, Antonin Bellaigue, fut président de l'Ordre des avocats près le Conseil d'État et la Cour de Cassation. Son petit fils, Camille Bellaigue (1858-1930), homme de lettres et critique musical de La Revue des deux Mondes5, est resté célèbre pour être passé à côté de nombreux talents de son époque dont celui de César Franck. Son arrière petit-fils Jean-Camille Bellaigue (1893-1931), fut un dessinateur publicitaire assez coté.

Sa présence s'explique sans doute par son implication dans le sauvetage du Collège Sainte-Barbe en 1831 par la création d'une société « privée » en commandite avec ses anciens camarades, M. Ganneron, député de Paris, et M. Leclerc, afin de racheter le collège. Comme le précisent les statuts de la nouvelle société, fondée en 1841, celle de 1831 racheta « le fond de l’établissement, c’est-à-dire sa clientèle, son mobilier et les recouvrements en dépendant ». La société reprend en main tous les problèmes et factures laissés par le collège. On nomme une commission à cette société formée des trois propriétaires et de messieurs Vavin (voir plus loin) et Louveau.

Statue d'Anne de Beaujeu par Jacques-Édouard Gatteaux au Jardin du Luxembourg, Paris. Photo : LPLT / Wikimedia Commons, CC BY-SA.

Le deuxième à nous intéresser sera Jacques Edouard Gatteaux (1788-1881), le seul « artiste » de la bande. Sculpteur et graveur en médailles, il obtint le Grand Prix de Rome en 1809 mais c'est typiquement un homme de la Restauration. La médaille commémorative est un genre on ne peut plus officiel et l'on en compte parmi ses œuvres une célébrant le Sacre de Charles IX et l'autre L'avènement de Louis Philippe.

On lui doit aussi quelques bustes et sculptures dont une peut être vue pas très loin de Sainte-Barbe puisqu'il s'agit de celle d'Anne de Beaujeu dans la série des Reines de France et des Femmes illustres qui font cercle sur les terrasses autour du grand bassin du Luxembourg.

Sa carrière le conduisit bien sûr à l’Académie des Beaux Arts en 1845 et à l’Institut de France. On trouve un article sur lui dans le Benezit6 et dans le tome 18 de la Grande Encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts7 disponible dans Gallica ainsi que dans le Grove Art online intégré à la base de données : Oxford Art online, accessible à la bibliothèque Sainte-Barbe.

Alexis Vavin (1792-1863), gravure par Maria Chenu vers 1850. Domaine public.

Passons sur Eugène Scribe, déjà nommé, pour en venir à Alexis Vavin (1792-1863). C’est l’homme de l’avenue, de la rue et de la station de métro qui se trouvent dans le 6e arrondissement, à son époque le 11e, dont il fut député de 1839 à 1848. Monarchiste constitutionnel, il protestera contre le coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851 et se retirera de la vie politique, tentant tout de même de se faire réélire deux fois en 57 et 63. Notaire de formation8, il sera chargé par la deuxième République de liquider la liste civile de Louis Philippe, travail qui lui prendra 3 ans à partir de 1848.

Caricature du général Cavaignac (1802-1857) par Cham. Domaine public.

Un des plus intéressants est sans doute le général Louis Eugène Cavaignac (1802-1857). Après ses études à Sainte-Barbe, il entre à l’École polytechnique. Il participe en 1829, en tant que capitaine en second, à l'expédition de Morée où la France envoie ses troupes pour soutenir la Grèce dans sa guerre d'indépendance contre les Turcs. Dès 1830, il s'affirme comme républicain et pour cette raison est éloigné par le gouvernement qui l'envoie en Algérie. Entre 1832 et 1844 sa carrière va prendre un remarquable essor, grâce à quelques hauts fait d’armes comme la résistance à Tlemcem contre les forces d’Ad-El-Kader ou sa participation à la fameuse bataille d’Isly. Tout cela le conduira jusqu'au grade de maréchal de camp en 1844. Après la révolution de 48, le gouvernement provisoire l'élève au grade de général de division et lui confie le gouvernement de l'Algérie mais il se fait élire député de la Seine et du Lot et rentre à Paris. Les journées de juin 1848 seront décisives pour sa carrière. Il vient d’accepter le poste de ministre de la guerre et c’est lui qui conduira au nom de l’assemblée constituante et du comité exécutif – sorte de gouvernement provisoire – la répression contre l’insurrection des masses populaires en lutte pour l’instauration d’une république sociale. La répression fera entre 3000 et 5000 morts et sera suivie de nombreuses déportations. Elle est retenue par Marx et Engels comme un événement fondateur de la conscience politique de la classe ouvrière, trahie par la bourgeoisie. Ce sont ces journées de juin 1848 que Flaubert évoque par le petit bout de la lorgnette, comme cadre des amours de Frédéric et de Rosanette dans L’Éducation sentimentale (Cote bibliothèque Sainte-Barbe : 84/34 FLA ed).

Après cette sanglante répression, le général Cavaignac reçoit les « félicitations » de l’Assemblée nationale qui lui propose le bâton de Maréchal mais il le refuse. Il reste président du conseil des ministres pendant 6 mois9 et se comporte alors en « dictateur républicain », pour paraphraser le titre d’une des dernières monographies en français qui lui ait été consacrée, jusqu’à l’organisation de l’élection présidentielle à laquelle il se présente. Mais il n’obtient qu’un 5ème des voix. Déçu, il quitte la carrière politique et se retire. Le général Cavaignac a suscité une abondante littérature entre sa mort en 1857 et les années 1930. Bakounine a écrit sur lui. On trouvera mention de lui dans les ouvrages concernant la conquête de l’Algérie et surtout les événements de 1848 (à la bibliothèque Sainte-Barbe sous la cote 944.063.1).

C’est sûrement une « grande » figure historique mais guère consensuelle. Parmi les nombreux portraits et caricatures existant de lui, celui d’Ary Scheffer réalisé après son retrait de la vie publique et visible au Musée du Château de Versailles10, est un des plus intéressants.

Il ne faut pas le confondre avec son frère aîné Godefroi, républicain authentique de la génération précédente, mort en exil à Londres en 1845 dont on peut voir le superbe gisant par Rude au Cimetière Montmartre.

Charles Christofle (1805-1863), industriel français. Domaine public.

Avec Charles Christofle11 (1805-1863), nous arrivons au monde de l’industrie. Il s’agit bien sûr du fondateur de la célèbre firme encore en activité. Son passage à Sainte-Barbe dut être de courte durée puisqu’il entra en 1820, c’est-à-dire à l’âge de 15 ans - en apprentissage chez son beau-frère. Il doit sa réussite à ses qualités d’entrepreneur. Après avoir repris l’entreprise familiale, il se lance dans la fabrication de joaillerie pour l’exportation en Amérique du Sud puis dans la fabrication industrielle de pièces d’argenterie – métal argenté par électrolyse – d’après un brevet anglais qu’il a racheté. Il deviendra sous le Second Empire le fournisseur exclusif de Napoléon III grâce à la branche d’orfèvrerie traditionnelle qu’il a maintenue dans les activités de sa firme.

Comme tous les grands industriels de l’époque12, c’est un philanthrope, proche du courant saint-simonien13, qui se préoccupe de ses ouvriers et développe une politique « sociale ». Dès 1845, une association mutuelle de secours pour les ouvriers malades est créée. Les fonds viennent surtout des cotisations ouvrières : 50 centimes par semaine et par ouvrier, 25 pour les femmes. 500 francs de dons y figurent, dont 400 offerts par Charles Christofle. La société verse en fin d'année une somme pour parfaire les insuffisances de cotisation.

Caricature de Bixio en 1848-49, par Cham. Domaine public.

D’origine italienne, Jacques-Alexandre Bixio (1808-1865), médecin de formation, se distinguera surtout dans le domaine de l’agriculture14. Il sera en effet à l’initiative de plusieurs revues sur ce thème de 1837 à 1848 et dirigera l’édition d’une grande encyclopédie agricole en 4 volumes : La Maison agricole du XIXe siècle15.

Blessé pendant les journées de juin 1848, il sera chef de cabinet dans le gouvernement provisoire puis ministre de l’agriculture et ministre du commerce dans le dernier cabinet de Louis Napoléon Bonaparte mais il se retirera de la vie publique après le coup d’état de 1851.

Il est également crédité de deux ascensions en ballon à hydrogène, avec Jean-Augustin Barral, dont une réalisée avec succès le 27 juillet 1850 à partir de l’Observatoire de Paris.

Une caricature par Cham le représentant à la tribune en 1848-1849 atteste de sa notoriété à l’époque où il siégeait à la Constituante et à la Législative.

Paul-Gustave Froment (1815-1863). Domaine public.

Le dernier de la liste est typiquement un homme de son époque, celui de la mécanisation et des machines. Paul Gustave Froment (1815-1865)16, ancien élève de Polytechnique, fut mécanicien et inventeur. Il met au point dès 1844 un moteur à électro-aimant. Son talent de mécanicien de précision lui permit notamment de réaliser les machines conçues par d’autres inventeurs comme le télégraphe de Hughes ou celui de Cassinelli (capable de reproduire des dessins très sophistiqués et des autographes) ou le métier à tisser la soie de Bonelli. Il participa à la construction du célèbre Pendule avec lequel Foucault17  fit la démonstration de la rotation terrestre, instrument visible toujours aujourd’hui au Panthéon près de Sainte-Barbe.

On trouve à la bibliothèque un livre abordant la mécanique d’un point de vue philosophique : L’évolution de la mécanique de Duhem (cote bibliothèque Sainte-Barbe : 194.409.2 DUH).

Dans un prochain article je m’intéresserai aux célébrités de l’Aile Écosse.

  1. Façade Valette : V. Charon, A. Vavin, E. Scribe, A. Bixio, C. Dumas, G. Froment ; Façade Chartière : E. Gatteaux, V. Perdonnet, C. Christophe, H. Labrouste, Gal E. Cavaignac, C. Bellaigue. []
  2. Notice sur Scribe dans Wikipedia. []
  3. Malgré sa notoriété les œuvres de Scribe sont pratiquement introuvables dans le commerce et à Sainte-Barbe. Mais on trouve 303 pages de résultats dans Gallica comportant quelques-uns des 24 volumes de son théâtre complet. []
  4. Voir historique du Collège sur le site de l’amicale des anciens Barbistes : http://www.collegesaintebarbe.fr/. []
  5. Les archives de la revue des deux mondes (1829-1962) ont été numérisées et sont accessibles gratuitement sur Gallica []
  6. Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, graveurs de tous les temps et de tous les pays….- Gründ, 1999 – Cote 700.3 DIC. []
  7. Lien pérenne sur la version numérisée dans Gallica. []
  8. Quelques ouvrages sur le notariat en 346 et 348 et des ouvrages sur la liquidation mais plutôt du côté des entreprises en difficulté à la bibliothèque Sainte-Barbe. []
  9. Yvert Benoît (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 p – Cote bibliothèque Sainte-Barbe : 944.06 YVE. []
  10. Reproduction dans la base Joconde. []
  11. Notice sur Charles Christofle sur Wikiberal []
  12. Voir en 944.06 les ouvrages sur la société industrielle française entre 1814 et 1914. []
  13. Voir en 320.508 les ouvrages sur le saint-simonisme. []
  14. Plusieurs ouvrages sur l’histoire de l’agriculture en France au XIXe siècle sous la côte 944 à la bibliothèque Sainte-Barbe. []
  15. Disponible sur Google books et Internet Archive. []
  16. Notice sur Paul Froment sur le site de l'X. []
  17. Notice dans Wikipedia sur le Pendule de Foucault. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

3 réflexions sur “ Les illustres inconnus de Sainte-Barbe ”

  1. Anciens élèves mais aussi fils d'administrateurs ?
    "En revanche, dans le cas de la révolte de Sainte-Barbe, la décision prise par Labrouste de vider complètement son établissement en pleine nuit en renvoyant la totalité des pensionnaires ...
    ... de menaces » émanant des familles dont le fils a été renvoyé, et doit affronter le conseil d’administration de son établissement, dans lequel siègent le comte Dumas, aide de camp du roi, des députés comme Ganneron et Vavin, des personnalités comme Scribe ou Bixio."
    cf. source http://histoire-education.revues.org/541 en recherchant "Vavin, Scribe, Bixio"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">