La petite fabrique des bibliographies

Elles sont distribuées par les professeurs. Elles peuvent être lues, parfois. Elles peuvent être d’une grande aide. Elles occupent une place de choix dans les différents manuels de méthodologie pour la rédaction des travaux universitaires. Elles peuvent être trafiquées. Elles peuvent donner du panache à un travail de réflexion, mais elles peuvent également agir en trompe l’œil. Elles sont la caution intellectuelle, la légitimité de bon nombre d’études critiques. Elles sont la voiture-balai de nombreux essais. Elles ouvrent des pistes, elles se situent après les mots magiques « et si vous voulez en savoir plus ». Elles font office de Golden Gate entre ce qui est enseigné en amphi et ce qui s’apprend personnellement.

Les bibliographies s’imposent dans le parcours silencieux des usagers désireux d’exploiter les ressources d’un établissement documentaire. Elles relèvent, et c’est précieux, de tout ce qu’il demeure possible d’obtenir dans une bibliothèque sans avoir quelque chose à prononcer, sans avoir quelque chose à entendre. Un usager qui fréquente les salles de lecture de la bibliothèque Sainte-Barbe se trouve face à une panoplie de dispositifs d’information : des guides du lecteur, des marque-page, des cahiers de suggestions, des plaques de présentation, des brochures expliquant les offres de ressources en ligne, des dépliants indiquant la marche à suivre depuis une recherche dans le catalogue jusqu’à l’obtention du document, des porte-affiche de comptoir exposant les messages du moment et des bibliographies soigneusement disposées sur leurs présentoirs. Tout cela sur un même rang hiérarchique de présentation de l’information, accessible, à portée de main.

Ainsi, au lieu de formuler à l’oral des requêtes d’approche, il demeure possible de les combler en toute autonomie, en utilisant les dispositifs prévus à cet effet. Bien entendu, ce type de communication ne peut pas répondre à l’ensemble des demandes formulées par les usagers, mais il permet de faire les premiers pas, sans imposer de dialogue avec le bibliothécaire, qui demeure disponible. Les bibliographies participent de ce fait à la démarche visant à faciliter l’accessibilité des documents, tout en les valorisant. Elles offrent aux usagers la possibilité de l’autonomie dans leur cheminement intellectuel.

L’élaboration de bibliographies à destination du public, leur conception, la réflexion sur leur contenu, leurs modes de diffusion et de signalement : tout cela fait, en 2015, partie intégrante du travail des responsables de collections et de la cellule communication de la bibliothèque Sainte-Barbe. Le circuit de leur validation paraît huilé, quasi à toute épreuve, et l’on pourrait croire que cette dimension du travail de valorisation des collections relève d’un projet conscient, programmé, étudié.

Pourtant, tout a commencé de manière un peu informelle, presque par hasard.

Annie, novice dans ses fonctions de responsable des collections de langue et littérature allemandes et fraîchement armée pour sa mission d’acquéreur, s’était mise en quête de références : consultant, comme il se doit, le site du CADIST, la BNU de Strasbourg, elle y trouve une bibliographie des ouvrages au programme de l’agrégation d’allemand. L’acquéreur n’achète pas pour lui et le bibliothécaire aime partager : l’exploitation de cette bibliographie à des fins d’acquisition débouche assez rapidement sur l’envie d’en élaborer une à destination du public. Initiative heureuse et spontanée, qui ne restera pas isolée : bien vite Annie propose à ses responsables et à ses collègues de présenter les livres de la bibliothèque en lien avec les agrégations préparées dans ses murs.

Les bibliographies qui suivirent furent motivées par une volonté de créer du contenu et soutenues par un goût indéniable de la recommandation : le fait que la bibliothèque Sainte-Barbe compte dans son équipe un nombre important d’anciens instituteurs et professeurs n’est pas étranger à cette volonté de partage et d’accompagnement. Et lorsque cette volonté entre en cohérence avec les missions de l’établissement, qui sont de soutenir les étudiants et de favoriser leur autonomie, les compétences disciplinaires des uns et des autres trouvent à s’exprimer librement dans ce qui devient un travail collectif.

L’équipe compte également des usagers réguliers (voire des transfuges) des bibliothèques de lecture publique : de nombreux collègues ont envie de susciter la curiosité des lecteurs et de les encourager à élargir leurs horizons documentaires en proposant des pistes de lecture dans des domaines distincts des programmes parfois très fermés des études du premier cycle. La bibliographie donne ainsi l’occasion au bibliothécaire (au sens large) de partager ses goûts personnels et ses centres d’intérêts : la responsable des collections de langue et littérature italiennes propose une bibliographie sur Auguste, quand l’ingénieur documentaire (logiquement plus moderne) en propose une sur Saint-Louis.

Si l’on devait dresser une typologie des bibliographies produites par la bibliothèque Sainte-Barbe, on pourrait les classer en quatre catégories :

Les compétences disciplinaires des acquéreurs facilitent bien évidemment la réalisation des bibliographies d’initiation, parfaitement adaptées à nos publics de premier cycle, et dans la droite ligne de notre objectif fondateur visant à favoriser la réussite en licence. Plus qu’une prescription d’ouvrages, ces bibliographies ont également pour vocation d’amener nos lecteurs à une certaine autonomie : en expliquant l’organisation des cotes et les particularités des fonds, elles les accompagnent dans nos collections, où la signalétique, aussi pertinente soit-elle, n’évite pas toujours de se sentir perdu.

Les bibliographies en lien avec les programmes académiques sont très souvent l’occasion de valoriser des titres particuliers : une trouvaille dont l’acquéreur regretterait que les usagers passent à côté ; un ouvrage dont un chapitre en particulier traite spécifiquement du sujet de l’agrégation sans que son titre général ne le laisse deviner ; une ressource électronique qui demande un peu de méthode pour être révélée ; une référence qui mérite un commentaire, ne serait-ce que pour la qualifier d’incontournable… Dans une bibliothèque intégralement en libre accès où les emprunts se font sur des automates de prêt, c’est l’occasion pour le bibliothécaire de s’exprimer, et d’aider le lecteur même s’il ne l’a pas demandé.

La liberté du responsable de collection est grande : il imprime sa marque à la bibliographie qu’il élabore pour son fonds. Aucune n’est assimilable à une autre et c’est cette part de créativité individuelle qui permet, à bien des égards, de compenser les aspects moins porteurs du travail : la compilation parfois longue de références, le respect d’un circuit parfois trop lent, la nécessité de maîtriser des outils dont on aimerait se passer.

La production de bibliographies est emblématique de l’autonomie dont jouissent les responsables de collections : tant que l’initiative ne va pas à l’encontre des missions de l’établissement, tout est possible, et même souhaitable. L’effectif réduit de la bibliothèque impose une organisation de l’équipe fondée sur la polyvalence, les groupes de travail, et la nécessité de savoir trouver les compétences et les énergies où elles sont, et de les laisser s’exprimer. C’est le bicentenaire de la naissance de Verdi, un certain de nombre de conservateurs et de bibliothécaires goûtent sa musique, la bibliothèque possède, en cohérence avec son plan de développement des collections, des ouvrages sur ce compositeur : sans délai une bibliographie est mise au point, illustrée et accompagnée, la semaine de la date d’anniversaire de Verdi, de musique dans le hall de la bibliothèque avant l’ouverture au public.

Le statut interuniversitaire de la bibliothèque, qui la met, de fait, à distance des prescriptions formelles des enseignants, permet de préserver cette liberté dans les choix de valorisation des collections. D’un obstacle – celui des contacts difficiles à maintenir avec les enseignants et des retours peu nombreux sur les demandes de référence qui leur sont adressées, l’équipe a choisi de faire un atout en s’offrant toute latitude sur sa politique de valorisation. C’est ainsi qu’une bibliographe à destination des étudiants de première année de médecine a été élaborée, alors même qu’aucune université médicale n’est cocontractante de la bibliothèque. Nos collections comportent nombre d’ouvrages d’éthique médicale, de droit de la santé, de psychologie et de philosophie qui peuvent s’adresser à ce public dans le strict cadre de ses études (UE7, première année de médecine). Sans contrevenir en rien à notre charte documentaire, nous faisons le choix de valoriser ces livres. Ce qui permet, du même coup, de sortir par le haut du discours auto-apitoyé sur le thème « mais regardez tous ces étudiants qui viennent juste pour une table et une chaise ».

De ses débuts enthousiastes, la chaîne de production des bibliographies conserve aujourd’hui un indéniable aspect artisanal. La bibliothèque disposait déjà du matériel nécessaire à la fabrication : ramettes de papier, imprimante couleur, agrafeuse et bonne volonté. Cette activité nouvelle a eu quelques répercussions notables sur les savoir-faire des collègues et leur diffusion au sein de l’équipe. L’idée magnifique se confronte au principe de réalité. Ce qui semblait si facile au début (« tiens, regarde comment je fais ! ») le devient de moins en moins, confine à la chronophagie, et sollicite de plus en plus un service communication qui doit assurer les tâches concurrentes, toutes prioritaires et incompressibles. S’impose la nécessité, banale et essentielle, d’assurer la continuité du service, l’harmonisation des pratiques, la fluidité de la communication. La bibliothèque mobilise alors ses ressources et sa créativité : le levier de la formation interne est mis à contribution. Il s’agit de ne plus compter sur les compétences de quelques uns, mais bien de fournir à chaque contributeur le bagage qui garantira le moins d’effort possible pour le maillon suivant de la chaîne, relecteur, maquettiste ou instance de validation. Les sessions organisées sont baptisées « la biblio facile avec Zotero ». Tout est dans le titre. Elles doivent être courtes (une quarantaine de minutes), concentrées sur les étapes essentielles pour atteindre les résultats attendus et assorties d’un « kit de survie » Word, l’indispensable CTRL + F1. Ce parti-pris d’emblée de ne pas faire de chacun un spécialiste du logiciel de gestion bibliographique n’a qu’une modestie d’apparence : il vise l’efficacité. En quelques jours, les pratiques sont harmonisées, le logiciel installé ou mis à jour sur tous les postes et les comptes créés.

La vie de la bibliographie, avant d’arriver dans les mains de l’usager, est agitée, entre relectures et mises en forme. Une première relecture est opérée par le responsable de la valorisation, qui veille au respect de la norme de présentation bibliographique et corrige les coquilles. Il s’assure de la cohérence et des niveaux de chapitres, assemble les bibliographies à plusieurs mains. Deux autres relectures sont ensuite effectuées, l’une sur le fond (cohérence, pertinence, actualité) par le responsable des ressources documentaires, l’autre sur la forme (format bibliographique, typographie, langue) par le responsable des services aux publics, valant validation. La multiplication des relectures est le moyen de soumettre la bibliographie à des regards, des attentes et des exigences différents, et ainsi d’en optimiser la qualité.

La bibliographie alors est mise en forme d’un point de vue graphique par le service de la communication, qui lui applique un modèle fixe. Cette préoccupation est intervenue dès le début de l’aventure : autant le contenu et sa structuration peuvent varier selon les disciplines, selon les auteurs et selon la ligne éditoriale choisie (notamment pour les bibliographies thématiques), autant une identité graphique, adaptée de la charte graphique générale de l’établissement, est respectée dans la mise en forme : police, couleurs, structure de chaque notice, structure de page, page de couverture, éléments complémentaires (logos, coordonnées de la bibliothèque, éventuelles illustrations, etc.). Ainsi, on trouve un équilibre entre la liberté de création, voulue et cultivée, et l’identité graphique commune qui signe nos productions.

La mise en forme est relativement simple, et se fait sous Word. Elle n’est pas figée définitivement, on réfléchit notamment à rendre plus attrayante la page de couverture. Mais en tout état de cause, la production de bibliographies est soumise à un cycle irrégulier : nombreuses en début d’année universitaire, la rapidité de leur mise en forme, et donc de leur mise à disposition, dépend en partie de la simplicité du modèle. Ce circuit et les outils permettant de l’appliquer sont décrits dans les procédures-maison.

Une fois mise en forme, la bibliographie est imprimée en format livret A5, et installée dans de petits présentoirs sur le bureau d’information de chaque salle de lecture. Elle est également téléchargeable sur le site internet au format PDF.

Là encore, la valorisation des bibliographies est l’objet d’un questionnement constant, en terme de visibilité : quels présentoirs choisir ? Où les poser ? Comment attirer l’attention des usagers sans les gêner ? Tout cela étant soumis aussi aux contraintes de sécurité (pas de présentoir dans les circulations, là où pourtant ils seraient le plus visibles…), de praticité basique (non, là, c’est la place des chariots de rangement), et d’harmonie du design général (un présentoir tourniquet ? un peu « office du tourisme », non ?). Produit issu des services documentaires, la bibliographie doit trouver sa place dans les services aux publics.

Prenant racine dans le catalogue des collections, les bibliographies en sont la déclinaison sans cesse recommencée, adaptées aux prescriptions académiques, à la vie de la cité, au désir de partage. En ce sens, elles témoignent de la capacité du bibliothécaire à orienter son travail vers tout ce qui excède le strict cadre de la bibliothèque. Les logiciels documentaires permettent depuis longtemps de taguer les ouvrages directement dans le catalogue ; c’est un canal de signalement qui, en plus du papier et du format PDF, a été retenu à la bibliothèque Sainte-Barbe : taguées dans Aleph, les notices des ouvrages figurant dans les bibliographies peuvent être affichées thématiquement sur le site internet, où les informations sur leur disponibilité est immédiate et donner lieu, en interne, à toutes sortes de requêtes statistiques.

  1. Premier mardi s’insurge et s’engage contre l’usage proliférant du terme « pratico-pratique ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *