Annie

Annie travaille à la bibliothèque Sainte-Barbe depuis septembre 2009. Avant cela, elle a été prof d’allemand pendant 27 ans. Travailler en bibliothèque était une idée ancienne, qui datait de ses études – même si à l’époque, elle ne concevait du métier que la partie acquisitions, sans imaginer l’importance du traitement documentaire. Il ne s’agissait pas vraiment d’un projet professionnel, elle ne s’était pas renseignée sur les formations qui pouvaient déboucher sur ces métiers, mais l’idée lui plaisait. Et puis, la réussite à l’année préparatoire, puis au Capes, l’avaient mise sur une voie bien tracée : quand on devient prof, c’est pour la vie.

Un jour, pourtant, les jeunes germanistes se sont faits rares, plus assez nombreux pour sauver son poste dans son collège. Plutôt que de devoir devenir une professeure nomade, et passer son temps dans les transports entre différents établissements, elle a opté en 2008 pour une reconversion professionnelle, et a obtenu un poste adapté au SCD de Paris 4. S’adapter, ça ne lui faisait pas peur : dans l’enseignement, c’est tous les ans qu’on doit y parvenir. À la fin de l’année, après l’obtention de son DU « techniques documentaires et médiation culturelle », elle a dû se chercher une autre bibliothèque – on peut rester jusqu’à trois ans en poste adapté – et elle s’est souvenue de la bibliothèque Sainte-Barbe, une de celles qu’elle avait visitées pendant sa formation. L’accueil y avait été sympathique, les locaux étaient beaux, le quartier agréable, et l’institution trop récente pour que des anciens lui fassent une réputation. Cela valait le coup d’y postuler, pour voir. Bon, elle a dû expliquer ce que c’est qu’un poste adapté. La procédure est méconnue des établissements, mais attractive dès que l’on a compris que l’agent qui est accueilli n’est pas sur un poste budgétaire, mais en surplus des effectifs. L’argument était recevable, surtout pour une jeune bibliothèque demandeuse de personnel. En outre, l’équipe de direction ne nourrissait pas de préjugés envers les enseignants reconvertis – ni, de manière générale, envers ceux qui ne sont pas du métier depuis toujours, et elle a donc été recrutée à bras ouverts.

À sa grande surprise, à peine accueillie, elle s’est vue confier un secteur d’acquisition, et pas n’importe lequel : le fonds d’allemand. Elle était pourtant bien persuadée qu’un fonds d’allemand, ça avait son conservateur attitré, lui-même ayant son adjoint de toujours à qui léguer le-dit fonds lors de son départ à la retraite. Et bien non : la voici responsable du secteur langue et littérature allemande et yiddish. Elle s’occupe des acquisitions, du traitement documentaire, et également de la partie civilisation : sciences politiques, histoire, sociologie, voire philosophie, droit ou éco – toutes les acquisitions germanophones ou simplement germanistes, en les proposant aux acquéreurs des disciplines concernées. C’est l’occasion pour elle d’enfin pouvoir mettre à profit ses connaissances universitaires sur le sujet, qu’elle utilisait paradoxalement beaucoup moins lorsqu’elle enseignait. D’ailleurs, elle trouve plus d’idées d’acquisitions dans la Süddeutsche, la Frankfurter Allgemeine ou le Canard enchaîné que dans Livres Hebdo. Au printemps 2010, elle a obtenu un détachement sur un poste d’assistante de bibliothèque.

En ce moment, elle s’occupe du catalogage d’une livraison Stern, le fournisseur de la bibliothèque concernant les éditions allemandes. Il y a pas mal de notices à créer : elle est rapide sur les nouveautés, et la BSB étant une jeune bibliothèque, Annie doit acheter pas mal de titres pour lesquels les confrères se contentent des éditions plus anciennes qu’ils possèdent déjà. Elle attend avec impatience les programmes des filières germanistes de Paris 3 et Paris 4 pour pouvoir lancer sa campagne d’acquisitions. La place sur les étagères est limitée, et elle doit garder de l’espace pour les ouvrages qui seront les plus demandés par les lecteurs. Elle doit également se concentrer sur son désherbage, certaines parties du fonds sont un peu dodues, voire obèses, et peu sollicitées. Il va falloir faire du ménage, en ciblant des cotes mises en évidence lors des récentes réunions sur la politique documentaire. L’avantage, c’est que son statut d’experte dans son domaine d’acquisition l’aide à faire des choix plus raisonnés sur le contenu intellectuel des documents.

« Finalement, moi, j’aime tout », dit-elle lorsqu’elle évoque le plus largement sa nouvelle activité professionnelle.

Ce qu’elle apprécie, dans ce travail, c’est que c’est un vrai job, avec de vraies responsabilités. C’est important pour elle qu’on lui fasse confiance, même si originellement elle n’est pas « du métier ». En plus, la variété des tâches est une bonne chose à ses yeux. Oh, elle est lucide, elle sait bien que la polyvalence attendue est destinée à faire des économies de personnel, mais tout de même, ça permet de varier. Et surtout, cela valorise les différents aspects : il n’y a pas de tâches plus ou moins nobles que d’autres, et c’est donc la même chose pour les personnes chargées de les accomplir. Il n’y a pas l’ambiance « Messieurs Dames de catégorie A » contre  les exécutants des autres catégories. Elle aime bien le service public, aussi. C’est agréable, le calme et le silence des salles de lecture, et les relations avec les étudiants ne sont pas du tout les mêmes qu’avec des élèves. Elle s’amuse parfois des collègues grincheux quand ils parlent des lecteurs. Honnêtement, on n’a que très rarement de vrais rapports de discipline, et la tension nerveuse est incomparable avec celle liée à l’enseignement. Une classe de collégiens, même adorables, et à plus forte raison une classe de langue, est bien plus usante et fatigante qu’une bibliothèque universitaire. Et puis, surtout, c’est important que les bibliothécaires soient conscients d’être au service des usagers : les lecteurs ne sont pas des gêneurs, c’est son credo. Les bouquins, quant à eux, peuvent vivre leur vie sans nous. Même s’il lui reste des réflexes qui ont la vie dure, on ne se refait pas. Je vous déconseille de manger un chewing-gum en sa présence.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *