Archives par mot-clé : politique documentaire

Le désherbage des périodiques imprimés

Désherbage des périodiquesLe contexte

En 2014, la bibliothèque Sainte-Barbe compte 304 titres, dont 224 empruntables (74%) et 80 non empruntables (26%).

Les périodiques imprimés relevant des domaines disciplinaires sont répartis dans les étages : les revues de littérature au 1er étage avec la littérature, celles de droit au 3e étage avec les ouvrages de droit, etc.

41% des abonnements, soit 124 titres, sont mis à disposition des usagers dans l’espace dit du « Kiosque », lieu de convivialité où les lecteurs peuvent tout à loisir venir feuilleter la presse, converser… ou dormir. On y trouve des journaux, des magazines et des revues de niveau grand public, ainsi que des revues de niveau universitaire pluridisciplinaires, ou ne relevant pas strictement des domaines disciplinaires représentés à la bibliothèque. Continuer la lecture de Le désherbage des périodiques imprimés

Le désherbage des monographies imprimées

Désherbage_monographiesLa politique de désherbage est un point stratégique d’importance pour la bibliothèque Sainte-Barbe. Offrant toutes ses collections en libre accès et ne bénéficiant d’aucun magasin de stockage, l’établissement ne peut renouveler ses collections qu’en articulant sa politique d’acquisitions avec sa politique d’élimination.

Depuis son ouverture au public en mars 2009, ses collections de monographies se sont régulièrement accrues, passant de 130 000 volumes en 2009 à plus de 148 000 au 31 décembre 2013. Les opérations de désherbage ont commencé dès l’ouverture de la bibliothèque mais n’ont réellement pris de l’ampleur qu’en 2010, pour concerner chaque année plusieurs milliers de volumes : 7 600 en 2010, 4 300 en 2011, 4 800 en 2012 et 7 000 en 2013. Continuer la lecture de Le désherbage des monographies imprimées

Être acquéreur en langue et littérature espagnoles

Acquéreur en espagnol

Une belle journée de septembre 2011, réunion de répartition des secteurs d’acquisition à la bibliothèque Sainte-Barbe :

– Bon alors, parmi les secteurs vacants on a l’espagnol. Hélène ?

– Heu ben c’est-à-dire que j’ai pas fait d’espagnol depuis le lycée…

– Mais ça c’est pas grave, il y a des formations pour ça.

Me voilà donc, toute jeune bibliothécaire adjointe spécialisée fraîche émoulue, hériter, après des études d’anglais, des acquisitions de monographies en langue et littérature espagnoles. Un cadeau empoisonné ? Peut-être pas… Cet article, rédigé deux ans plus tard, alors que je m’apprête à prendre mon envol vers d’autres cieux, se veut à la fois un bilan de mon expérience d’acquéreur et un outil à destination de ceux qui, comme moi, sont amenés à s’occuper des acquisitions dans ce secteur ô combien intéressant mais également parfois complexe qu’est l’espagnol. Continuer la lecture de Être acquéreur en langue et littérature espagnoles

Mutualiser un marché de livres

marché de livre

Acheter des livres est une fonction bien commune pour une bibliothèque. La tâche d’acquisition implique, invariablement, de sélectionner puis de payer. Pour ce qui est de la sélection, les bibliothèques universitaires se réfèrent à des documents de pilotage qui, s’ils font l’objet d’une validation par les instances universitaires (conseil d’administration et conseil scientifique), n’en émanent pas moins de la bibliothèque elle-même, qui génère, met en œuvre et évalue sa charte documentaire et ses plans de développement des collections. Se fixant comme objectif la satisfaction des besoins du public, le travail de sélection n’expose que peu la bibliothèque à des logiques qui ne seraient pas purement bibliothéconomiques. Il en va tout autrement du processus de paiement. Avec le mandat administratif qui marque l’aboutissement de la chaîne de facturation, on se trouve dans une dimension radicalement différente de celle qui rythme le travail des acquéreurs et qui, pourtant, le conditionne entièrement : celle des règles auxquelles se soumet l’acheteur dès qu’il est une personne publique – le code des marchés publics. Continuer la lecture de Mutualiser un marché de livres