Pendant que vous vous dorez la pilule…

Serrés les uns contre les autres, bien rangés, bien classés, nous sommes les seuls occupants des lieux en ce début de mois d’août. Ne craignez rien, nous n’avons pas le sentiment d’être abandonnés ! Nous profitons du calme retrouvé pour nous reposer, nous ressourcer, et raconter nos aventures de l’année écoulée.

Code de procédure pénale en 348.3 est le premier à raconter son histoire : «  J’ai été tellement manipulé, j’ai pris tant de coups au cours de l’hiver que mon dos a lâché, je n’arrivais plus à tenir debout ! Heureusement, une bonne âme m’a récupéré alors que j’étais affalé et prêt à plonger du haut de la 3ème étagère. Elle m’a emmené aux urgences, un grand bureau plutôt encombré, plein de chariots, pas mal de passage, surtout le mercredi…En tout cas, ceux qui se sont occupés de moi ne manquaient pas de poésie ; ils appelaient leur bureau le BDM ; je ne sais pas vraiment ce que ça signifie, mais pour moi ce fut Bien-être Détente Massage : ils m’ont remis d’aplomb ! Grâce à eux, c’est requinqué et presque neuf que j’ai pu regagner mon environnement qui, croyez-moi, est nettement moins relaxant. »

Au tour de La puce à l’oreille en 443.028 de nous faire part de son aventure : « Moi, je suis partie en vadrouille avec une étudiante, charmante, mais un peu tête en l’air. Elle devait me ramener au bercail à la mi-avril mais elle a oublié (en tout cas c’est ce qu’elle prétend) et m’a emmenée en vacances. J’en ai vu du pays !… et je ne vous parle pas des animaux : ils me paraissaient tous énormes, avec des oreilles de toutes les tailles ! Bref, je n’en menais pas large quand elle m’a rendue début mai, d’autant plus qu’elle a oublié d’enregistrer mon retour sur l’automate. Je me suis retrouvée directement sur les étagères, ma puce me rappelant chaque matin à l’oreille « encore un jour de retard… ». Un grand brun à lunettes a fini par avoir vent de l’histoire car il a retrouvé ma trace, m’a passé sur la platine en me secouant les puces et j’ai dû promettre de ne jamais recommencer ! »

A l’écoute de cette anecdote, les Que-sais-je ? du Kiosque s’écrient en chœur : « Quelle chance de pouvoir partir en voyage ! Nous, la seule chose intéressante qui nous soit arrivée, fut d’être aux premières loges pour assister à la fête de fin d’année. Il y eut des jeux aux règles étranges… Le clou de la soirée fût le bal des bibliothécaires… Il paraît que des photos circulent sous le manteau. Mais, nous, ce que l’on veut, c’est prendre un peu l’air ! Quelqu’un voudrait bien nous enlever nos pastilles rouges, juste le temps d’un week-end ? »

De son côté, Critique de la raison pure en 193.330 92, nous interpelle : « Vous vous souvenez quand je me suis retrouvée par erreur à l’étage du dessous à côté du Rire dans tous ses éclats en 840.93 ? Je ne pensais pas qu’on puisse être aussi léger ! Malgré tout, je me suis bien amusé en l’écoutant me raconter ses blagues à longueur de journée, cela me changeait de mes voisins habituels. Finalement, un beau matin,  une grande dame a lancé une opération commando en littérature, soi-disant pour nous récoler (pourtant rien n’est décollé chez moi…) ; une bibliothécaire armée d’un pistolet m’a retrouvée et remontée à mon étage en me disant « Eh bien, tu n’as pas dû t’ennuyer toi ! Allez, finie ta petite escapade, je suis obligée de te rendre à ta famille. »

La rumeur court selon laquelle De La Séduction en 301.01 a passé la nuit du nouvel an avec Le Phénomène érotique en 128.6. L’arrivée du nouveau Petit Robert à la rentrée 2012 n’y serait peut-être pas étrangère… Mais, chut, il ne faudrait pas que la grande prêtresse qui nous chapeaute se rende compte que le PDC signifie parfois Petits Délices en Coulisse…

Alors, où que vous soyez, sous le soleil des tropiques ou celui de la Baltique, continuez à vous dorer la pilule et retrouvons-nous bien reposés à la rentrée, prêts à vivre de nouvelles aventures !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.