Vanessa

Jeudi 20 septembre 2012, l’équipe du 20 heures prend son habituelle pause avant de prendre ses quarts en service public. Il manque quelqu’un dirait-on. Il n’y pas ce rire si sonore qui rythmait ses allées et venues. Elle est où ? Elle se cache ? Mais elle est où Vanessa ? Elle n’a pas pu disparaître comme ça !

Bon, on va revenir un peu en arrière pour comprendre…

Vendredi 14 septembre 2012, la bibliothèque Sainte-Barbe a perdu un de ses plus précieux éléments, la dénommée Vanessa. Rassurons-nous, il ne s’agit pas d’une annonce nécrologique, mais seulement d’un départ. Plus précisément du départ de quelqu’un qui assurait des fonctions au cœur de la bibliothèque, qui, un peu plus que tous les autres employés, naviguait entre toutes les strates de l’établissement. C’est un peu plus qu’un trou que laisse Vanessa, c’est un véritable cratère.

C’était, soit bibliothèque, soit édition

C’est quand elle était petite, dit-elle, qu’elle est tombée dans le business des bibliothèques. Au départ, c’était la bibliothèque municipale de Bondy, qu’elle a fréquentée, sans interruption, jusqu’à ce qu’elle ait de l’argent. Quand elle en a eu les moyens, elle a pu composer sa propre bibliothèque. Scolairement, elle se destinait à l’archéologie, mais travailler en bibliothèque a toujours été une option. Les études d’archéologie, elle les a finies à 23 ans. Elle a envoyé sa candidature à Saint-Cloud au pôle Métiers du Livre pour s’inscrire en année spéciale de D.U.T. Elle y a été prise et elle a adoré. Là-bas, sur les hauteurs du 92, elle se destinait plus à l’édition, mais elle entretenait quand même l’idée de travailler dans une bibliothèque. Après avoir fait un stage dans une maison d’édition jeunesse dans le cadre de la clôture de son année spéciale de D.U.T., elle s’est mise en quête d’un emploi. Elle a postulé dans tous les secteurs des métiers du livre. La bibliothèque Sainte-Barbe a été la première à lui accorder un véritable entretien. Elle fut très étonnée que l’on retienne sa candidature, compte tenu de son jeune âge (elle avait alors 24 ans). La FNAC aussi avait retenu sa candidature, mais elle a préféré la bibliothèque, où le poste, tout juste créé, lui semblait plus intéressant: il s’agissait d’encadrer les moniteurs étudiants (ou MOETs) et de superviser les opérations liées au rangement ou au reclassement des documents.

Arrivée à la bibliothèque Sainte-Barbe, elle découvre ses deux futurs collègues, Florent et Samuel, qui déjà, s’occupaient de l’encadrement des moniteurs étudiants. Ces deux zigotos se sont bien occupés d’elle et ont contribué au cocooning plus général qui est réservé aux nouveaux arrivants. En hommage aux attentions dont elle fut l’objet, Vanessa a su accueillir et former avec la même chaleur la jeune fille qui lui a succédé. En effet, Samuel et Florent l’avaient formée aux tâches qu’elle aurait à accomplir. Florent a été la première personne rencontrée avant l’entretien et la prise en main fut la suivante : « T’es complètement barrée… ».

Heureusement que les deux zigotos étaient là

Son boulot, c’est de l’instinct et du terrain. Il faut que les MOETs se sentent bien. Ils ont de 19 à 34 ans et Vanessa se situe à peu près au milieu de cette amplitude. Elle a flippé au début, lorsqu’elle a vu qu’elle devrait encadrer des étudiants qui n’avaient ni le même âge, ni le même statut. Elle a eu un peu peur, que celui de 34 ans ne la prenne de haut, qu’elle n’ait pas les épaules ou le caractère pour cette fonction d’encadrement. Jusqu’ici, son expérience d’encadrement se résumait à un emploi de monitrice d’équitation avec les poneys du Jardin d’Acclimation. Mais tout s’est bien passé avec les MOETs. Elle a eu pour principe de faire en sorte qu’ils se sentent bien. Tout s’est mis en place progressivement. Au fur et à mesure, son poste est devenu une sorte de pivot au sein de la bibliothèque, en contact avec les MOETs, la cellule planning, les magasiniers, les responsables de collections et la direction. Avec les MOETs, elle a élaboré un système de relations dans lequel elle doit être perçue autant comme un chef que comme une aide. Elle a souvent défendu les MOETs, comme elle travaillait avec eux, elle les comprenait, sans s’aveugler sur la légitimité des critiques qu’on leur faisait. Notre chère Vanessa a dû se débrouiller pour jouer le rôle équivalent à celui d’un niveau de menuisier : que la bulle d’air soit bien au milieu. Qu’elle ne passe pas en-dessous, qu’elle ne passe pas au-dessus. Qu’elle ne perde pas d’autorité, tout en évoluant dans un climat de confiance. Tout en pratiquant la médiation par le bistrot. Lorsqu’un nouveau MOET débarque, elle lui dit : « tu me tutoies ». Elle essaye de reproduire avec les MOETs, les conditions dans lesquelles elle-même fut accueillie. Installer la confiance, encore et encore. Par ailleurs, les MOETs savent la chance qu’ils ont de travailler en bibliothèque, et ça, c’est génial. Elle est devenue leur maman, elle sait les gronder, mais s’il faut défendre les petits, elle montre les dents. Quand on est considérée par ses pairs comme étant la Shakira des bibliothèques, on a un certain rang à tenir, c’est sûr. S’il y a des problèmes, elle ne se fie pas à une plainte isolée, elle écoute, elle voit si c’est justifié. Elle enraye la situation avant qu’elle ne dégénère. Et elle demande l’avis, à ses deux conseillers de collègues, Florent et Samuel. Tous les trois sont complémentaires au niveau des tâches, quand il y a des absents, ils intervertissent leurs fonctions.

Comme il y a un sentiment de corps chez les MOETs, une partie du travail est prémâché. En général, les MOETs réservent un bon accueil aux nouveaux et Vanessa choisit parmi les anciens MOETs, ceux qui sont le plus aptes à entraîner les nouveaux. Ils commencent en trinôme pour que ça se passe bien. Vanessa demeure à leur écoute et leur demande ce qu’ils aimeraient faire. Précisons qu’au début, les MOETs l’ont plus aidée qu’elle ne les a aidés. Concernant les démarches de Vanessa vis-à-vis des acquéreurs, c’est la même chose, elle leur demande ce qu’ils veulent, quels sont les services les plus appropriés. Vanessa a ainsi mis en place une procédure de reclassement et de recherche de livres perdus, des plus efficaces et collaborait à l’organisation du récolement annuel de la bibliothèque.

Personne ne sait ranger mieux que moi

 Vanessa dit qu’elle n’est pas exceptionnelle (mais nombreux sont ceux qui pensent le contraire), qu’elle fait juste son taf, mais que, quand même, personne ne sait mieux ranger qu’elle. La voix de la bibliothèque pour indiquer aux lecteurs les consignes de rangement, c’est elle. Vanessa précise à ce sujet qu’elle a été piégée (par quelqu’un dont nous tairons le nom) pour réaliser cet enregistrement, un piège du type : « Assieds-toi devant le micro, et fais les annonces »… On peut désormais remercier ce dangereux anonyme qui, en piégeant Vanessa, la fait rester encore un petit peu  parmi nous. Hé oui, parce comme je le disais au début, Vanessa a quitté l’établissement. Elle a la chance de pouvoir s’envoler au Canada. Elle sait ce qu’elle perd en partant là-bas. Mais elle veut réaliser de vieux rêves, des choses qu’elle s’était promises. Elle voulait faire la fac, puis partir en Erasmus et ça ne s’est jamais fait. Alors là, avec l’opportunité de ce long séjour au Canada, c’est le moment ou jamais. Au départ, ils devaient partir à quatre, mais finalement, l’épopée se fera à deux, Vanessa sera accompagnée, par… attention…, une MOET ! Décidément, on pourrait croire qu’elle s’en va en emportant, non pas quelques souvenirs, comme cela se fait habituellement, mais en emportant carrément une employée.

Si elle envisage l’avenir en disant qu’elle va voir où l’emmène le vent, elle précise qu’elle veut revenir avec plaisir à la bibliothèque. Elle ne réfléchit jamais sur son parcours et sur ce qui va arriver après. Elle considère qu’elle a eu de la chance d’être ici. Elle ne s’attendait pas à se faire des amis ici. Elle va regretter la bonne équipe qu’elle formait avec ses deux collègues. Quand elle sera paumée au Canada, elle pensera aux fois où elle mettait la musique à fond dans son bureau et qu’elle voyait les MOETs débarquer en dansant. Elle aurait voulu être là au début de l’aventure. Elle a loupé des épisodes et elle sait qu’elle va louper les prochains. Quoiqu’il en soit, elle a passé deux années et demi ici et c’était super. C’était un plaisir pour elle de s’investir dans la bibliothèque. Tout cela, c’est bien beau, mais ça veut surtout dire, qu’à la bibliothèque Sainte-Barbe, comme les autres, nous sommes aussi touchés par la fuite des cerveaux outre-Atlantique.

Bon, alors Vanessa, comment dire, bon vent… mais reviens !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.