Christo

Il existe un certain Christo, qui, quelque part sur la planète, est certainement en train d’emballer des ponts, de planter des parasols ou de tirer des rideaux sur des centaines de mètres. On ne parle que de lui.

Et pourtant, on a bien tort :  il s’agit d’un usurpateur. Bien entendu, le fait d’avancer de tels propos appelle quelques explications, que nous allons vous livrer dès maintenant. En effet, alors que le Christo précédemment mentionné doit être en train de faire sécher ses draps géants dans on-ne-sait quel désert, Christo, le nôtre, est tout bonnement en train de pointer sa commande de livres d’histoire, en pensant au temps à consacrer pour la traiter, en s’inquiétant des plages de service public à venir – et en émettant quelques réserves sur l’éventuel réchauffement dont la planète ferait l’objet (mais ça, c’est une autre histoire, entendons-nous bien).

Après quelques difficultés pour s’introduire dans son emploi du temps de ministre soviétique, nous parvînmes à amadouer l’individu. Rendez-vous fut pris, et une entrevue confidentielle planifiée.

L’homme arrive, l’air un peu effarouché, méfiant, mais toujours avec cette chevelure digne de celle de Patrick Swayze dans Point Break.

« À quelle sauce vont-ils me cuisiner ces deux zigotos ? »

Après quelques verres d’un de ces bons vins de Touraine, l’atmosphère se détend et les langues se délient…

Christophe ou plutôt « Christo » est donc bibliothécaire assistant spécialisé au sein de la bibliothèque Sainte-Barbe. On peut dire que désormais notre homme y fait figure de pilier. Eh oui, voilà déjà huit ans qu’il a intégré les lieux, plus précisément depuis septembre 2004. Au début ce fut l’économie, puis ensuite les sciences politiques et à présent, nous le retrouvons en charge du fonds d’histoire contemporaine.

Un métier qu’il a vraiment choisi (après un parcours singulier, mais ça on y reviendra plus tard…). « Sélectionner », « désherber », « pilonner »… tout lui plaît, en somme : « comprendre comment vit une collection ». Il évoque même cette possession « physique » de son fonds.

« Pourquoi je fais l’histoire contemporaine aujourd’hui ? » dit-il. « Je me suis occupé des sciences politiques pendant six ans. J’ai commencé par m’occuper de l’économie à Cergy-Pontoise. J’y ai passé cinq ans, puis j’en suis parti. J’avais envie de changer de public ». Voilà pour le parcours récent de notre collègue Christo, le vrai, le seul, que justice lui soit enfin faite ! S’il s’agissait de tracer un portrait-express pour faire du remplissage rédactionnel dans un quotidien gratuit, la présentation de notre Christo pourrait s’arrêter là. Mais l’homme mérite mieux, beaucoup mieux.

Pour commencer, parlons un peu d’une affaire qui lui est intimement liée : le projet de la bibliothèque Sainte-Barbe. Il a rejoint ce business alors qu’il n’était encore que dans les limbes. Le projet a été lancé en 2000, intégré au mouvement de rénovation des bibliothèques universitaires à Paris, qui s’inscrivait dans le cadre du plan U3M (universités pour le troisième millénaire). Le projet de la bibliothèque Sainte-Barbe est monté en charge en 2002. En 2003, les recrutements ont commencé. En 2004, l’équipe de préfiguration s’est étoffée.

Venant de la bibliothèque universitaire de Cergy-Pontoise, lassé par un public qu’il estimait « difficile » et surtout  « des conditions de transport déplorables », Christophe éprouvait un réel désir de nouveauté, un « souffle frais » dans sa carrière professionnelle…  En 2004, il postule à Sainte-Barbe. Cergy, c’est fini !

Pour Christophe, nouveau projet, nouvelle vie ! « Tout était à faire et c’est ça qui était passionnant ». Quand il évoque tout cela, on peut vraiment discerner une lueur pétillante dans le regard malicieux de notre collègue. C’était un peu comme l’innovation d’un de ces somptueux paquebots des années folles. S’embarquer dans un navire, lequel bien évidemment n’a pas connu le sort du « Titanic » ou du « Costa Concordia »… Toutefois, ce qui était encore plus atypique, poursuit Christophe : « c’est qu’il n’y avait aucune info pour rencontrer les gens, pas même d’adresse où postuler ». De fil en aiguille, il arrive via internet à obtenir les coordonnées de François Michaud (actuel directeur de la bibliothèque Sainte-Barbe), qui à l’époque était en charge de monter « l’architecture informatique » de la nouvelle bibliothèque interuniversitaire. Il était donc question d’avoir 60 emplois à temps plein, du personnel qualifié pour constituer un catalogue.

L’ouverture était prévue en 2008. Il s’agissait de préparer une montée en charge pour les acquisitions. Il fallait 100 000 bouquins pour l’ouverture de la bibliothèque.

Il postule… dans des locaux vides

Un « paquebot » vide, car l’aventure commence dans de grands locaux rue de Wattignies, situés dans le 12ème arrondissement de la capitale et non sur l’actuel site de la rue Valette. C’est donc dans l’est parisien que la nouvelle équipe va s’atteler à constituer les collections de ce qui sera la future bibliothèque Sainte-Barbe. Le boulot consistait entre autres choses à consulter des catalogues. Ça a été dur pendant un an.

« Pourquoi le Brésil ? » est le titre d’un roman de Christine Angot, alors pourquoi pas « Pourquoi les bibliothèques ? » pour celui de Christo… Chacun son Brésil ! Ainsi, revenons en au début, à la source, car Christo n’a pas travaillé toute son existence dans une bibliothèque. Que s’est-il passé avant qu’il ne se jette corps et âme dans ce métier qui à présent fait figure de véritable passion ?

« J’aime beaucoup les livres. J’ai appris à lire directement avec mon père. Je me servais dans la bibliothèque, il n’y avait aucun interdit, il y avait même d’anciennes collections de livres Hetzel de Jules Verne. J’aurais pu faire des études de littérature », dit-il d’un air à la fois évasif et solennel… On lui a dit « ne fais pas le bac A », mais il était nul en maths, alors il a dû opter pour une autre solution. Détestant pourtant les chiffres, c’est un bac en gestion qu’il obtiendra. Plus précisément un bac G2, centré sur l’enseignement de la comptabilité générale.

De la bourse à la bib

Après un an de D.U.T. en gestion à Villetaneuse, Christo se lance dans la vie active, avec une première expérience à la banque du « Crédit du Nord », service « titres et actions ». « Il s’agissait de payer les dividendes des actionnaires… ». Nous sommes en 1983 et ça va durer quatre ans. Ensuite, toujours dans le même secteur il se retrouve commis chez divers agents de change, effectuant des opérations de bourses et achetant des titres… encore quatre années… Nous voici donc en 1991, et c’est à cette époque que les boîtes d’agents de change se cassent la gueule. La profession, comme tant d’autres, va connaître un chamboulement dû à la pénétration massive de l’informatique dans les entreprises. Il a arrêté parce qu’il sentait que sa voie était toute tracée, et d’autant plus que le métier commençait à disparaître. Il n’avait pas le look du costard, il était déjà comme il est maintenant.

Alors que faire ? L’idée de s’orienter dans la « gestion du personnel » l’effleure, mais en fait non. « Cette fois-ci, je voulais faire un truc qui me plaît vraiment, donc où il y a des livres ».

Pour lui, le livre c’est la bibliothèque. Il avait la chance d’avoir des bibliothèques autour de lui. Professionnellement, il faut essayer de retrouver le milieu dans lequel on vit, là où on se sent bien.

Il a travaillé comme bénévole dans le C.D.I. d’une école catholique. Il a aimé. La personne qui s’occupait du C.D.I. lui a conseillé l’école des bibliothécaires documentalistes (E.B.D.). À l’époque, le C.A.F.B.1 était déjà en perte de vitesse. Il est redevenu étudiant pendant deux ans. Il était le plus âgé de sa classe. Ça lui a beaucoup plu.

Il a fait des stages, dans un institut d’aviculture, dans une bibliothèque de la ville de Paris, à la Bpi. Il s’est éclaté. Il faisait quelque chose qui lui plaisait, il était content.

Il a bossé chez Total, au service documentation de production-raffinerie.

En 1993, malgré la crise, il a réussi à trouver un boulot tout de suite après ses études à l’E.B.D. Il a décroché un C.D.I., il fut un des rares de sa classe à en trouver un aussi rapidement. Mais c’est parce qu’il avait déjà trente ans, confesse-t-il. Il est alors rentré dans une société qui faisait de la gestion de fortune, c’est-à-dire de la défiscalisation. Il travaillait dans leur centre de documentation. Là-bas, il a fait de la documentation pendant un an, puis on l’a balancé grouillot. La boîte se cassait la gueule et il fallait des prétextes pour virer les employés. Mais fort de son sale caractère, il a su réagir. Il était bien documentaliste, pas grouillot ! Il est parti.

Ensuite, il a eu des périodes de chômage, entrecoupées de petits emplois. Il a notamment travaillé pour le journal Libération, toujours en tant que documentaliste pendant deux-trois mois. Arrivé dans les locaux du quotidien fondé par Jean-Paul Sartre, et depuis racheté par Édouard de Rothschild, on lui demande « Vous connaissez Libé ? ». « Non, mais je vais m’y mettre », répondit-il. Pour lui, c’était un torchon, comme L’Équipe.

Ensuite, il a fait un stage à la BnF, et il s’est dit « un jour je bosserai là ». Après, pendant un été, il a travaillé à la bibliothèque de Saint-Denis.

Il a fait le forcing pour travailler à la BnF. « Je veux bosser chez vous » leur dira-t-il leur d’un entretien sur le site Richelieu. Il a commencé à y travailler en janvier 1997 et il y est resté jusqu’en août 1999, au moment où il a eu le concours de BAS. Là-bas, il était vacataire, il faisait du renseignement pointu. Il devait faire face à un public de chercheurs. Il s’occupait du courrier : il s’agissait de répondre aux questions des lecteurs. Pour cela, il devait chercher dans les catalogues de la salle du même nom. Après l’obtention du concours, on l’a envoyé à Cergy-Pontoise.

Aujourd’hui, à la bibliothèque Sainte-Barbe, il aime beaucoup ce qu’il fait. Il y a du rebondissement, il y a des échanges, et surtout beaucoup d’autonomie pour exercer ses fonctions. Ce qui l’intéresse, c’est de tout faire, d’être réactif. Il doit faire des choix critiques, dans son travail bibliographique, c’est énormément de boulot, mais c’est vachement intéressant. Et bien entendu, l’équipe avec laquelle il travaille lui tient particulièrement à cœur.

Et l’équipe le lui rend bien.

  1. Certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.