Des étudiants, du wikipédia et du business

editeurs_robotsOù il est question de Joost Swarte

Tout commença, il y a quelques années, avec une recherche documentaire portant sur l’artiste hollandais Joost Swarte. Je souhaitais, non pas trouver des livres de lui, mais des livres sur lui. Me tournant vers Amazon, je saisis « Joost Swarte » dans le moteur de recherche et, quelques instants plus tard, je me trouvais face à 5 pages de résultats. Une fois éliminés les documents déjà connus, j’en étais à examiner les fiches descriptives d’ouvrages dont les couvertures me semblaient un tantinet bizarres. Il me semblait très étrange, en effet, que des livres portant sur Joost Swarte, l’inventeur de la notion de « ligne claire » (notion qui plane toujours sur l’œuvre d’Hergé et sur une bonne partie de la bande dessinée en général, avec ses multiples déclinaisons), ne présentent pas sur leurs couvertures des extraits de son œuvre dessinée ou des photographies de ses réalisations architecturales (comme le théâtre « Toneelschuur » qu’il a conçu pour la ville de Haarlem aux Pays-Bas). À la place de cela, on pouvait voir des illustrations montrant des familles, une consultation médicale, un jeune homme devant son ordinateur ou encore la simple inscription d’une liste de mots-clés. En zoomant sur les couvertures, j’ai pu apercevoir une sorte de macaron qui portait la mention « High Quality Content by WIKIPEDIA  articles ! ».

Et c’est de cette manière que je me suis intéressé aux éditeurs exploitant la substance libre et gratuite qui nourrit le web.

Où il est question de LLC Books, Hephaestus Books, Alphascript publishing, et consorts

Toutes les données qui figurent dans le paragraphe suivant datent du lundi 25 février 2013 et ont été obtenues par l’intermédiaire d’Amazon.

Plutôt que de présenter un à un les différents acteurs du secteur commercial exploitant le contenu libre et gratuit de Wikipédia, je préfère procéder par une étude de cas. Prenons l’exemple du livre North American Sculpture, publié par LLC Books (signalons au passage que LLC Books affiche 351 849 références sur Amazon) et dont l’auteur n’est autre que LLC Books. Il comporte 34 pages, bénéficie d’une présentation très sobre (le titre et le sous-titre donnent : « North American Sculpture : Haida Argillite Carvings, Andre Fauteux » et la mention « LLC Books ») et coûte 10,62 euros si on le commande directement chez Amazon (frais de port compris). Il en coûtera un peu plus si on le commande chez un des libraires qui utilisent la marketplace d’Amazon, c’est-à-dire, dans le cas du moins cher parmi les 3 libraires le vendant neuf, 8,81 euros plus les 2,99 euros de frais de port. Si, toutefois, on fait le choix de l’acquérir d’occasion, il n’en coûtera que 0,01 centimes plus les 2,99 euros de frais de port. Nous sommes ainsi face à un livre vendu par 5 libraires en ligne (Amazon inclus), à la fois sur le marché du neuf et sur celui de l’occasion.

Autre acteur, autres mœurs. Chez Hephaestus Books (du groupe américain Barnes & Noble, 169 094 références sur Amazon), comme chez LLC Books, on n’indique pas la provenance du contenu, mais il est souvent possible d’activer le feuilletage proposée par cette chère Amazon. Et lorsque l’on feuillette, on se rend compte qu’on a affaire à des articles de Wikipédia, vaguement mis en page, dont on a conservé les illustrations et qu’on a affublé de la mention « Copyrighted Material ». Les couvertures font toutes penser à des captures d’économiseurs d’écran.

Ce n’est pas le style retenu par Betascript publishing, qui, à ce niveau, emploie des méthodes beaucoup plus ingénieuses : la couverture est réalisée en fonction du contenu de l’ouvrage. Jusque là, rien d’étonnant, mais l’algorithme qui opère pour la réalisation des couvertures n’arrive pas à faire le partage, par exemple, entre ce qui relève de la création artistique et ce qui relève de la réalité. Ainsi, pour un livre traitant de l’armée japonaise, c’est une illustration de film de guerre asiatique qui va faire office de couverture.

 « Éditeurs commerciaux »
« Éditeurs scientifiques »
 Nombre de références sur Amazon Nombre de titres dans le Sudoc Gamme de prix des « ouvrages »(sur le marché du neuf ) Nombre moyen des pages des « ouvrages »
 LLC Books  351 849 56 10 – 100 € 30
 Hephaestus Books  169 094 8  13,39 – 54,11 €  De 50 pages à plus de 1000 pages pour les livres les plus chers
 Betascript publishing  404 718  12  30 – 50 €  50 – 80
 Lambert M. Surhone 348 612
 Miriam T. Timpledon  279 021
 Susan F. Marseken  279 021
 Alphascript publishing  17 128  27 25 – 140 € 80
 Frederic P Miller  17 151
 Agnes F Vandome  17 079
 John McBrewster  17 029
 ICON Group International 642 636 4  30 – 940 €  30 – 900
 Philip M. Parker 106 338
Et cætera

Je mets volontairement fin à ce tableau maintenant parce qu’il pourrait continuer encore longtemps, en incorporant les données relatives aux 78 filiales de la société VDM publishing, responsable notamment d’Alphascript publishing et de Betascript publishing. Un collaborateur de Wikipédia s’est d’ailleurs adonné à ce petit jeu au mois de décembre 2011 et a répertorié méthodiquement, parmi d’autres types de données, les noms des « éditeurs scientifiques » et le nombre de titres publiés.

Derrière tous ces chiffres impressionnants, nous voyons se profiler l’ombre de Philip M. Parker, l’homme qui a trouvé un algorithme capable de créer des livres à partir du web libre et gratuit. À cela s’ajoute un outil proposé par l’encyclopédie Wikipédia elle-même : son “créateur de livre”. Je ne sais pas quelle méthode est réellement utilisée pour élaborer cette masse d’opuscules, mais dans tous les cas, ils semblent davantage le résultat du travail de robots que de celui d’êtres humains. Chacun des éditeurs qui exploitent le contenu du web libre et gratuit a sa petite recette et ses particularités que l’on peut distinguer ne serait-ce qu’à partir de la couverture des ouvrages (présence ou non de l’indication d’un contenu qui provient de Wikipédia, présence ou non des photographies qui accompagnent les articles, mise en page…). Tous ces livres sont issus de processus d’impression à la demande, c’est pour cela que bon nombre d’articles vendus sur Amazon portent l’indication “Plus que 2 ex. Commandez vite !”. Les deux exemplaires n’existent certainement pas et l’impression de l’ouvrage se fera si commande il y a. Plus étrange encore demeure la présence de ces ouvrages sur le marché de l’occasion. S’agit-il également d’une impression à la demande ? J’ai du mal à croire qu’autant de livres de ce type aient été achetés puis revendus à des libraires qui en font le commerce en ligne.

Revenons à la lecture du tableau précédent, on peut se demander pourquoi Frederic P Miller a dirigé l’élaboration de 72 livres sans ses compères Agnes F Vandome et John McBrewster. Se sont-ils temporairement fâchés ? De la même manière, Lambert M. Surhone en a dirigé 69 591 sans ses « collaboratrices », les fameuses Miriam T. Timpledon et Susan F. Marseken. Devenaient-elles incompétentes ? Étaient-elles en congé maternité ?

Par ailleurs, au fil de ce type de recherche, en rebondissant d’un « éditeur scientifique » mystérieux à l’autre, en faisant du saut de puce entre les filiales de VDM publishing, on peut s’apercevoir que le dénommé Knutr Benoit demeure l’auteur de 3 404 ouvrages, chez au moins trois éditeurs différents : Duc, Crypt publishing et Betascript publishing.

La société VDM publishing, parmi les autres sociétés qui agissent dans ce qu’on pourrait ironiquement appeler « la valorisation de Wikipédia, l’encyclopédie libre », demeure de loin, la plus multiforme. Elle est dotée d’un système d’impression à la demande que l’on peut imaginer capable d’être à l’origine de l’envahissement de la planète par des livres issus de Wikipédia. Si certaines de ses filiales sont effectivement consacrées à monétiser le contenu du web libre et gratuit, d’autres sont dédiées à la publication des travaux de recherches des étudiants. Qui doivent payer pour avoir un exemplaire de la publication de leurs travaux. Qui se voient ronger leurs droits d’auteur (ils gardent la possibilité de publier leurs travaux sur des plateformes libres et gratuites, bien entendu). Les agissements de VDM publishing ont engendré en Allemagne et dans les pays anglo-saxons de nombreuses réactions ; des actions de prévention ont été engagées – notamment sur les forums de thésards allemands. La filiale de VDM publishing qui s’occupe des publications en langue française (les fameuses Éditions Universitaires Européennes, les E.U.E.) a fait malheureusement quelques dégâts, notamment en Afrique francophone. Pour s’en apercevoir, il suffit de jeter un œil à leur catalogue. Dans leurs prestations, les E.U.E. se targuent de travailler avec 80 000 libraires. La presque totalité de ces libraires sont en ligne et utilisent des marketplaces comme celles d’Amazon ou de PriceMinister. Nous voici donc face à un éditeur, qui, à la vue de quelques chiffres, est rayonnant : des centaines de milliers de références d’ouvrages et des dizaines de milliers de libraires avec qui travailler. On pourrait se croire dans l’ère du clonage : les interfaces de présentation des activités des différentes filiales sont reproduites suivant les zones linguistiques à investir (de la mention légale de l’entreprise à sa présentation sous forme de spot vidéo). On peut ainsi se demander si les dizaines de milliers de libraires avec qui ils travaillent ne sont pas eux-mêmes le fruit d’une reproduction forcenée robotique.

Où il est question de Philip K. Dick

Un article paru dans le New York Times du 14 octobre 2011, intitulé « Do Androids Dream of Electric Authors ? », écrit par Pagan Kennedy, nous fait part des doutes évidents concernant les fameux éditeurs scientifiques responsables du contenu des livres publiés par VDM publishing. Aux mails du journaliste, le directeur de VDM publishing, Wolfgang Philipp Müller, dit « Dr. Müller », lui répond que ces éditeurs scientifiques sont bel et bien des humains… Imaginez un peu la cohue, si Lambert M. Surhone, Miriam T. Timpledon, Susan F. Marseken, Frederic P. Miller, Agnes F. Vandome et John McBrewster montrent leur nez au salon du livre à la porte de Versailles ou à la Frankfurter Buchmesse ! Auteurs à eux six de 683 739 livres ! Et si Knutr Benoit venait les rejoindre, est-ce que tout explose ? Et si chacun des livres proposés par ces différentes maisons d’édition était véritablement imprimé ? Faudrait-il doubler la capacité d’accueil en dépôt légal des différents pays concernés ?

Où il est question d’erreur et d’inattention

Je pense que le système sur lequel repose l’économie de ces entreprises, qui exploitent le web libre et gratuit d’une part, et les travaux des étudiants d’autre part (pour la société VDM publishing par exemple), est un système basé sur l’erreur et l’inattention. D’un côté, l’erreur que peut commettre un acquéreur (d’un centre de documentation privé, par exemple) sollicité pour trouver dans l’urgence des documents sur un sujet très précis. De l’autre côté, l’inattention de l’étudiant trouvant dans sa boîte mail, un message du type « Nous sommes très intéressés par vos travaux de recherche et nous serions ravis de les publier ».

Où il est question du docteur Müller et d’un surprenant retour à la ligne claire (parce que ce qu’il manque, dans tout ce brouhaha éditorial, c’est bien ça, la clarté !)

Finalement, sommes-nous si loin du docteur Müller, dans L’Île noire, et sa fabrique de faux billets en Écosse ? Lui aussi, en quelque sorte, est expert en impression à la demande.


Une réflexion sur « Des étudiants, du wikipédia et du business »

  1. Merci pour ce condensé de ces diverses pratiques “étranges”.
    Je voudrais ajouter un point à ce récit.
    L’identification des travaux d’étudiants susceptibles d’intéresser ces “éditeurs” se fait apparemment (entre autre) grâce aux archives ouvertes (ex. http://doc.rero.ch/?ln=fr).
    Plusieurs étudiants dont j’ai suivi le Travail de Bachelor ou dont j’ai été le juré lors de la soutenance, ont été contactés par un éditeur qui imprime à la demande (pas toujours le même).
    Nous avons aussi régulièrement des doctorants qui viennent de terminer leur thèse qui nous demandent que faire avec ce genre de demande. Les dépôts institutionnels (ex. https://infoscience.epfl.ch/?ln=fr) servent donc aussi de réservoir.
    Une simple veille sur des archives ouvertes et dépôts institutionnels permet de trouver de nouveaux travaux à “publier”.

    Le problème est toujours de savoir si la provenance du contenu publié par ces “éditeurs” est clairement indiquée.
    Si ce n’est pas le cas, c’est une violation du droit d’auteur (même pour les contenu sous licence CC BY-SA de Wikipédia).
    Par contre, si c’est clairement indiqué, l’acheteur peut choisir entre acheter le document ou le télécharger gratuitement depuis l’archive ouverte ou le dépôt institutionnel d’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.