Jean-Jacques

Jean-Jacques

« Jean-Jacques est prévenu ! »

Jean-Jacques est ingénieur d’études pour la direction du patrimoine immobilier et de la logistique de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, en poste à la bibliothèque Sainte-Barbe. Le directeur de la bibliothèque conditionnait l’ouverture de l’établissement au public à la présence d’un responsable du patrimoine, Jean-Jacques s’est ainsi retrouvé à travailler à la bibliothèque Sainte-Barbe à partir du mois de mars 2009. Il dit évoluer en parallèle du reste de la bibliothèque, même si lors des réunions de service il découvre beaucoup de choses relatives à ce type d’établissement. Dans ces réunions, il aime se trouver dans la position du candide – ça pose souvent des questions très pertinentes, un candide. Et puis, même quand les problématiques sont un peu bibliocentrées, ça reste avant tout une histoire de rapports humains. Et c’est ça qui importe, l’humain : on n’est pas au travail pour souffrir.

Notre entretien se déroule dans son bureau, où sont entreposés un extenseur, un scanner, une manivelle, des bouteilles de dégrippant, d’autres de liquides chimiques, quelques carreaux de faïence intacts ou cassés, un dévidoir à papier hygiénique dans son carton, de l’outillage de toutes sortes (mais, fait notable, pas de clé plate). Cette diversité reflète la variété des tâches qui sont attribuées à Jean-Jacques.

Pour les débuts de sa carrière professionnelle, il dit s’être fourvoyé, il a fait un BTS bâtiment. Il a commencé à travailler dans des boîtes de second œuvre, puis est entré dans une entreprise du groupe Caisse des Dépôts et Consignations. De 1986 à 1998, il est inspecteur technique dans plusieurs filiales du groupe dédiées à la gestion du patrimoine immobilier possédé par des investisseurs institutionnels. Il s’occupait, entre autres, des relations avec les équipes de terrain. Mais il en avait marre des boîtes où les malheurs des uns font les réjouissances des autres – quand l’absence de problème dépend surtout d’une absence de scrupules.

Coup de téléphone. Il semble être question de paiement de facture.

Pour rester fidèle à ses valeurs, il a passé sa vie à démissionner. Il a voulu prendre une année sabbatique : le chômage, quand on ne cherche pas de travail, c’est formidable. Mais en le voyant sans activité, ses amis lui disaient : « tu te mens », et ça a fini par lui donner la trouille.

Il voulait introduire une dimension humaine dans son activité professionnelle, parce que « faire du pognon, ça va un temps ». Il a passé un concours pour travailler à l’ICGM1, à l’hôpital Cochin. Il aimait bien la symbolique : débuter dans la fonction publique à Cochin, c’était allier le métier de son père, maçon, et celui de sa mère, infirmière. À son arrivée, son nouveau patron lui a dit « je ne veux pas entendre parler de congés ». Il fut surpris, avant qu’on lui précise qu’il ne s’agissait pas de ne « pas prendre de congés », mais tout simplement que le patron ne voulait pas s’en occuper. Il se plaisait à l’ICGM, c’était international, tout le monde parlait anglais. Il entendit parler du projet piloté par le SCAP2 d’une animalerie transgénique au sommet d’un bâtiment, et il voulut en être. Il a donc passé un nouveau concours.

On frappe à la porte. Guillaume, à la recherche d’une clé plate. Jean-Jacques n’en possède pas, et le réoriente vers « la quincaillerie juste en bas, ils ont plein de choses ».

Il est reçu, intègre l’équipe, mais le projet est abandonné. Au rectorat de Paris, dit-il « je n’ai travaillé que sur des projets abandonnés », pour des raisons parfois politiques, parfois budgétaires. Le maître-mot : « il est urgent de ne rien faire ». La frustration pointait son nez. Chez ses collègues aussi : contrairement au cliché, les fonctionnaires veulent travailler.

En 2004, il passe un concours pour un poste à Paris 3, sur le site Censier. Dans l’ingénierie du bâtiment, il faut passer des concours précis pour avoir un poste précis dans un établissement précis. Même si les mutations demeurent possibles, tu passes autant de concours ciblés qu’il y a de postes qui t’intéressent. Enfin, aujourd’hui, il ne peut plus passer de concours pour grimper des échelons parce que son bagage de diplômes est trop léger, et que la commission d’équivalences n’a pas validé son expérience. Il a été cinq ans à Censier dans le service des travaux, à s’occuper spécifiquement des bibliothèques interuniversitaires rattachées à Paris 33. Il y avait de gros travaux de mise en sécurité à entreprendre, et il gérait tout ça à distance, depuis le site Censier.

En arrivant à la bibliothèque Sainte-Barbe, il a tout de suite eu de bons rapports avec la direction, et ça a démarré sur les chapeaux de roues. Un bâtiment tout neuf, et plein de contacts partout : les travaux sont encore sous garantie de parfait achèvement, même si demeure le danger des entreprises qui disparaissent. Le fait que le bâtiment dont il s’occupe soit une bibliothèque lui plaît beaucoup : c’est un cadre magnifique, très bien rénové, et il apprécie particulièrement l’ambiance de travail, au sein d’une équipe jeune, constructive et positive. Il y a des procédures, mais elles ne doivent pas nous empêcher d’avancer. Il a le sentiment d’être très utile, et c’est gratifiant.

Coup de téléphone. Il est question d’un document qu’il n’a pas encore lu, mais à propos duquel, qu’on ne s’inquiète pas, il n’hésitera pas à rappeler si certains points devaient poser problème.

Quand on lui demande si ça n’est pas parfois agaçant d’entretenir un bâtiment accueillant un public nombreux et donc parfois destructeur, il sourit. Il considère que l’usure, c’est normal. Les choses s’abîment parfois parce qu’on les abîme, mais elles meurent aussi d’elles-mêmes. La nature humaine n’est pas si mauvaise, finalement. Il n’y a pas de vandalisme ici, pas de dégradations volontaires, il n’en a pas vu. Quand on respecte les gens, et qu’on leur propose un environnement de qualité, ils nous respectent, et respectent ce qu’on met à leur disposition. C’est aussi simple que ça.

Les salles de lecture doivent être impeccables : le public, ce sont nos invités. Quand on accueille du public, il faut lui réserver le meilleur et se servir après. Dans cet ordre d’idées, son bureau passe en dernier. Son dévouement va jusqu’à enlever des bouts de faux-plafond de son espace de travail pour effectuer des réparations dans les espaces destinés à accueillir les lecteurs ou les autres membres du personnel. Ce qu’il aime, c’est se sentir au service du public, et au service de ses collègues. Au service de ses semblables, en fait.

Tout le monde a accès à Jean-Jacques : tant que c’est possible, il faut privilégier le contact direct. Si un problème survient, si une malfaçon se fait remarquer, s’il y a de la casse, il suffit de prévenir Jean-Jacques, et d’indiquer dans les registres correspondants la mention salutaire « Jean-Jacques est prévenu ». Et l’anomalie de se résoudre. Pour Jean-Jacques, c’est un plaisir de répondre à tout le monde, même si les mêmes demandes sont répétées plusieurs fois de suite.

Coup de téléphone. C’est quelqu’un d’autre qui s’en occupe, mais il peut transmettre.

Comme une équipe de foot, une bibliothèque a besoin d’un libero. C’est sûr, en travaillant en parallèle des autres, certains pourraient souffrir d’isolement, mais il n’a pas un instinct grégaire surdimensionné. Et surtout, comme il dit, au travail il est souvent beaucoup plus difficile de s’isoler que d’aller vers les autres.

L’intitulé de son poste est le suivant : responsable du patrimoine immobilier, de la maintenance et de la logistique et coordinateur du site. Jean-Jacques est donc l’interlocuteur direct avec les prestataires et la courroie de transmission avec la chancellerie, propriétaire du bâtiment. D’importants dossiers surgissent, concernant la couverture, le chauffage, l’économie d’énergie. Ce n’est pas la chancellerie qui paye les charges, mais elle peut participer aux coûts des travaux. Et, même s’il a de bons rapports avec les autres occupants des lieux4, la répartition des charges privatives n’est pas toujours claire, et tout le monde n’a pas les mêmes préoccupations.  Il y a un équilibre à trouver, ensemble.

Et c’est parfois dur de faire travailler les entreprises. Sans compter qu’on peut perdre de bonnes équipes, avec lesquelles il est agréable de travailler – ou avec lesquelles il est devenu agréable de travailler – à cause des appels d’offres : c’est l’aspect pervers des procédures. De manière générale, plus le problème est petit, plus il devient gros, parce que les entreprises ne sont pas intéressées par les trop petites tâches. Jean-Jacques a donc rédigé plein de modes d’emploi pour pallier toutes sortes de problèmes. Les contrôles d’accès, la sonorisation, les têtes de radiateur à remplacer, chaque petit incident a sa documentation, sa photo, voire sa vidéo. Tous les jours, il y a un peu de concret, un peu d’abstrait, il faut bien qu’il se nourrisse de manière équilibrée.

On frappe à la porte. Un agent de la sûreté vient parler d’un problème de fuite de radiateur. Et puis, d’un dysfonctionnement dans la circulation d’air qui perdure. Il est l’heure de mettre fin à cet entretien. De toutes façons, tout roule : Jean-Jacques est prévenu.

  1. Institut Cochin de génétique moléculaire []
  2. Service Constructeur de l’Académie de Paris, qui dépend de la DPCU, la délégation au patrimoine et aux constructions universitaires []
  3. À l’époque, la bibliothèque interuniversitaire des langues orientales et la bibliothèque Sainte-Geneviève. []
  4. Le site accueille, outre la bibliothèque Sainte-Barbe, la bibliothèque de la Sorbonne durant ses travaux, la bibliothèque Michel Fleury, l’institut André Tunc, l’institut des assurances de Paris… []

Une réflexion sur « Jean-Jacques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.