Les illustres inconnus : post-scriptum

illustres inconnus suiteEn matière de recherche, tous les bibliothécaires le savent, la persévérance finit toujours par payer. Et il ne faut jamais ignorer le moindre détail qui, apparemment insignifiant, peut devenir un indice.

À force de regarder les petits frontons de la cour, j’avais l’intuition que l’ornement circulaire qui figure en plein milieu de chacun d’eux, et que l’on retrouve sur la fenêtre au dessus, au troisième étage, ne pouvait avoir qu’une simple fonction décorative mais possédait sûrement une signification. Cependant sa taille et ma myopie ne me permettaient pas d’en analyser la forme. Une photo rapprochée s’imposait. Dès que j’eus l’image sous les yeux, tout devint clair. Il s’agissait bien sûr d’une décoration et, vu le type de personnages honorés par les bâtisseurs de l’ancien collège, je pensai immédiatement à la croix de la Légion d’honneur dont il me semblait plus ou moins reconnaître la forme.

Pour s’en assurer, il suffisait de s’intéresser à l’histoire de l’ordre et à ses membres, ce qui me permettrait peut-être d’identifier mes trois derniers « illustres inconnus » et de confirmer mon intuition. Ce qui aurait pu être assez fastidieux s’avéra finalement facile car je découvris que les Archives nationales avaient réalisé une base de données1 à partir des archives de l’ordre depuis sa création, donnant accès aux dossiers nominatifs des personnes nommées ou promues depuis 1802 et décédées avant 1977.

C’est ainsi que je pus non seulement identifier mes trois derniers inconnus (dont je vous propose ci-après un bref portrait) mais aussi constater que les neuf autres avaient tous reçu la fameuse décoration à un moment ou un autre de leur carrière.

Du Comte Christian Léon Dumas (1789-1873), déjà cité dans le précédent article, commandeur de l’ordre en 1846, il ne reste que peu de traces. Député de la Charente Inférieure de 1845 à 1848, il fut comme je l’ai déjà dit aide de camp de Louis-Philippe. Il eut un rôle historique moins important que son père le Général Matthieu Dumas, fait Comte par l’Empire en 1810, dont il édita les mémoires en 18392.

Auguste PerdonnetJean Albert Vincent Auguste Perdonnet (et non Peronnet comme j’avais d’abord cru le déchiffrer), d’origine suisse mais né en 1801 à Paris, est un ancien élève de l’École Polytechnique. Il en fut renvoyé pour activités politiques car, semble-t-il, soupçonné de « Carbonarisme », c’est-à-dire d’appartenir à une confrérie secrète, très active notamment dans les mouvements visant à la création de la nation italienne. Il entra ensuite à l’École des Mines et s’illustra comme pionnier des chemins de fer, en travaillant notamment sur le projet de ligne de Paris à Saint Germain en Laye, inaugurée en 18373). Fait chevalier de la Légion d’honneur en 1851, il sera nommé en 1862 à la direction de l’École centrale des arts et manufactures (la célèbre École centrale) et mourra à Cannes en 1867. Il possède un joli pedigree bibliographique dans le Sudoc :  http://www.idref.fr/033579407.

Charles-Victor Charon (1800-1879) est sûrement le plus obscur du groupe. Il fut maire de Bray-sur-Seine en 1833, la commune où il était né en 1800, et chevalier de la Légion d’honneur en 1847. Là s’arrêtent les quelques renseignements j’ai pu trouver sur lui.

Toutefois, après les avoir identifiés, il restait encore à trouver le lien unissant ces messieurs au-delà de leur qualité d’anciens élèves du collège et de membres de l’ordre de la Légion d’honneur.

En compulsant les deux ouvrages principaux consacrés à l’histoire de Sainte-Barbe, celui de Jules-Étienne Quicherat4) et celui de Clovis Lamarre ((Histoire de Sainte-Barbe avec aperçu sur l’enseignement secondaire en France de 1860 à 1900, Paris : Librairie Charles Delagrave, 1900)), il semble facile de déduire, d’après les quelques noms cités au fil du récit comme ceux de Vavin, Bixio, Christofle, Dumas, Scribe, que ces douze illustres inconnus furent parmi les créateurs de l’amicale des anciens barbistes (1820). Ils furent surtout membres du conseil d’administration du collège à partir de l’établissement de la société en commandite qui, sous l’impulsion de Claude Bellaigue, sauva en 1831 le collège de la disparition.

Le livre de Lamarre qui comporte une visite détaillée de l’établissement au moment de son inauguration en 1884 nous donne une petite indication à ce sujet : « Des médaillons en mosaïque vénitienne, sur lesquels sont inscrits les noms des personnalités remarquables sorties de Sainte Barbe, ou des anciens élèves qui se sont particulièrement distingués par leur dévouement au collège, jettent sur les surfaces à fonds gris et rouges des murailles la variété de leurs ornements polychromes et contribuent encore à égayer les façades ».

Notons au passage le joli tour de force des mosaïstes qui grâce à un effet de trompe-l’œil que ne restitue pas la photographie, ont réussi à donner l’impression du relief comme si ces rosaces étaient en saillie sur la façade.

  1. La base Léonore : http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore []
  2. Souvenirs du lieutenant-général comte Matthieu Dumas, 1770-1836, Éditions Gosselin, 3 volumes []
  3. François Caron, Histoire des chemins de fer en France, Fayard, 2005 (Cote bibliothèque Sainte-Barbe : 944.08 CAR []
  4. Histoire de Sainte-Barbe : collège, communauté, institution, Paris : Librairie de L. Hachette, 1864 (en 3 tomes dont le dernier, consacré à la période qui nous intéresse est disponible sur Google Books []

2 réflexions sur « Les illustres inconnus : post-scriptum »

  1. Merci pour ces précisions que je me permettrai de reproduire en accompagnement de la ou des vidéos, consacrées aux mosaïques de l’atelier Facchina, que je vais mettre en ligne sur YOUTUBE.
    Pour les voir tapez PATRICKBOSCHET sur YOUTUBE (chaîne de 187 vidéos entièrement consacrée à la mosaïque)

    1. Je m’appelle Gianni Colledani, je vis ne Frioul, à Spilimbergo, la ville où il y a l’école de la mosaique, et j’etude depuis très longtemps la mosaique et ses auteurs. J’ai beaucoup écrit sur monsieur Facchina. Je vous écris parce que j’aurais besoin d’une photo de l’Opéra: est ce que vous porrriez me l’envoyez? Je vais vous payer bien sur.
      Avec amitié. Merci bien.
      Gianni Colledani
      Mobile + 39 329 4779947

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.