L’atelier de réparation

Atelier de réparation

Ouvrages aux pages arrachées, décollées, textes soulignés, surlignés, parfois masqués au blanc correcteur, reliures déboîtées : volontaires ou non, les dégradations subies par les livres et les revues de la bibliothèque Sainte-Barbe sont nombreuses.

Que ces dégâts soient liés à la mauvaise qualité des matériaux utilisés pour la fabrication des livres (colles inefficaces ou cassantes) ou à la malveillance de certains usagers (ôter un chapitre entier d’un livre au programme de l’examen inflige un handicap aux concurrents), ils vont croissant dans une bibliothèque qui fêtera bientôt ses cinq ans d’ouverture au public et dont les collections vivent en libre accès, sous le régime du prêt. Depuis 2009, plus d’un millier d’ouvrages ont été réparés à la bibliothèque Sainte-Barbe, avec une hausse de la volumétrie traitée de 70% sur les deux dernières années.

Une charge exponentielle donc, qui justifie l’existence d’un atelier de réparation dans les murs de l’établissement, même si la bibliothèque ne conserve aucun ouvrage à caractère patrimonial, et bien peu, en fait, antérieur à 1990.

La mission de l’atelier de réparation est de permettre aux usagers de disposer de fonds en bon état et de remettre le plus rapidement possible sur les rayonnages les ouvrages détériorés : ce sont bien souvent les livres et les revues les plus prisés qui ont besoin de soins.

Un travail rapide et de qualité à l’atelier garantit le retour de l’ouvrage dans le circuit en quelques jours, à moindre frais, là où un rachat, plus coûteux, demande un délai de traitement incompressible de plusieurs semaines.

L’atelier de réparation travaille en flux continu : basées sur la technologie RFID, les transactions de prêt et de retour sont opérées par les usagers sur des bornes automatiques. Il n’est donc pas possible pour le bibliothécaire d’intercepter les ouvrages abîmés au moment de leur restitution. Ceux-ci sont détectés au fil de l’eau, souvent au moment du rangement, parfois signalés par un lecteur, sans que l’on puisse savoir depuis combien de temps ils sont dans cette état. Face à cette incertitude, il s’agit de ne pas rajouter de délai supplémentaire : il faut intervenir immédiatement.

Trois personnes travaillent à la réparation des ouvrages, dont l’agent responsable de l’atelier. Toutes ont bénéficié de sessions de formations approfondies à Médiadix, inscrites au plan de formation à mesure qu’il s’avérait que les besoins en réparation d’ouvrages augmenteraient. Un massicot, une cisaille, des plioirs, des scalpels, de la colle, du papier japon, du filmolux et toute la concentration et la délicatesse nécessaires offrent une nouvelle vie aux ouvrages et aux lecteurs des collections irréprochables.

Ais
Ais
Plioirs et scalpels
Plioirs et scalpels
Massicot
Massicot

Une réflexion sur « L’atelier de réparation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.