M. Michaud

FMichaudM. Michaud est le directeur de la bibliothèque interuniversitaire Sainte-Barbe. Il a accepté cette proposition d’entrevue avec enthousiasme, et c’est, avouons-le, un peu intimidés que nous nous présentons à son bureau du 4e et dernier étage de la bibliothèque. Il nous accueille chaleureusement, et l’entretien débute, tandis que sa secrétaire lui apporte un verre au contenu d’une blancheur laiteuse, manifestement glacé. « Du sirop d’orgeat », précise-t-il à notre intention, « mon péché mignon ». Notre directeur aurait-il ses faiblesses ?

Pour l’état civil, il s’appelle François Hubert Archibald Michaud de Sainte-Commodine, un patronyme prestigieux dans le petit univers des bibliothèques (le baron de Sainte-Commodine était le conservateur en chef de la bibliothèque impériale de Napoléon III), qu’il a dû raccourcir parce que «  trop long pour une adresse de courriel, d’après les informaticiens », même si l’on est en droit de soupçonner aussi une certaine modestie de sa part. Évoluer dans le monde du livre est donc une tradition ancestrale, mais c’est également une passion sincère : « j’aime les livres, j’aime le Livre, cette fenêtre par laquelle on s’évade, chère à Julien Green ». Son bureau témoigne d’ailleurs de cet amour : sur tous les murs, des étagères emplies de superbes reliures anciennes. Ces ouvrages, étonnants dans une bibliothèque moderne sans fonds patrimoniaux, appartiennent à sa collection personnelle. « Quand je suis arrivé, ce bureau était vide. Sine libris cella, sine anima corpus est. J’ai donc apporté quelques uns de mes livres, pour donner une âme à cette coquille neuve ! ». Parmi ses visiteurs, on compte bien sûr des bibliophiles érudits ; cette magnifique collection est parfois un prétexte salutaire pour oublier quelques instants les sempiternelles questions administratives et évoquer ensemble cette passion commune. Il les change régulièrement de place, en remporte chez lui, en apporte de nouveaux, selon son humeur du moment. Cette manutention, à l’instar des magasiniers, lui est nécessaire : toucher le livre, éprouver son poids, sa solidité – sans cette expérience physique, charnelle, « on finit par s’éloigner de ce qui fait le cœur de notre métier ».

Comment dirige-t-on un établissement tel que la bibliothèque Sainte-Barbe, au quotidien ? Les problématiques sont nombreuses et variées : personnel, budget, acquisitions… Il ne peut bien sûr tout faire lui-même et a su confier de réelles responsabilités à certains agents en qui il a une parfaite confiance. Cependant, il contrôle tout de même l’essentiel, en dernier regard, avant de valider, ou de demander des corrections : outre l’importance d’une vision d’ensemble par un œil expérimenté, c’est nécessaire pour la cohésion de l’équipe. « Ainsi, chacun connaît sa place, son rôle, mais sait également que je suis présent, et disponible », explique-t-il, conscient de ses responsabilités envers ce qu’il appelle sa « grande famille ». Cela implique des compétences variées dans tous les domaines qui composent la science bibliothéconomique ; les agents de la bibliothèque, à son exemple, s’exercent à acquérir cette polyvalence. La fonction de directeur nécessite une autorité naturelle, mais également un respect sincère, voire une forme d’affection pour ses subordonnés. Ce sont de petits détails qui témoignent de cette attention. Par exemple, M. Michaud rédige lui-même à la main les notes de service ; « Si l’on exige que les lettres de motivation soient manuscrites, cela a un sens : c’est une question de respect, rien de moins ». Cette disponibilité de chaque instant est potentiellement source de tension ; le stress est le compagnon naturel des responsabilités. Pour y remédier, notre directeur a un secret : ses « petits rituels », comme il les appelle. Tous les après-midis, à 14h, il décroche le téléphone, abaisse les stores de son bureau, et écoute de la musique. La musique classique est sa seconde passion. Le morceau varie, au gré des humeurs, ce mois-ci c’est le Boléro de Maurice Ravel. « C’est apaisant, et stimulant à la fois ; je peux alors enfin prendre le temps de réfléchir vraiment aux dossiers importants ».

Le monde des bibliothèques est en pleine mutation depuis l’avènement de ce que l’on a nommé la révolution numérique. Comment le directeur d’un établissement prestigieux, en plein cœur historique du Quartier latin, envisage-t-il l’avenir des bibliothèques dans ce nouveau paradigme ? « Comme leur nom l’indique, ces nouvelles technologies sont jeunes, elles doivent faire leurs preuves – la science des bibliothèques est millénaire ». M. Michaud n’est pourtant pas un de ces fervents traditionalistes, opposés à toute forme de modernité, et reconnaît bien volontiers les services formidables qu’ont offerts aux bibliothèques ces avancées techniques. L’informatisation des catalogues et leur mise en ligne, la numérisation des documents anciens, qui permet leur consultation « virtuelle » par le plus grand nombre, tout en préservant l’ouvrage pour les chercheurs qui en ont réellement besoin, autant d’exemples de réussites de ces technologies. Les bases de données et les recueils d’articles en ligne sont des mines d’or pour les chercheurs, même si bien sûr ce contenu dématérialisé ne peut pas être lu comme un livre véritable. Cependant, « la bibliothèque est le lieu du temps long, c’est en laissant les effets de mode s’estomper que se révéleront les technologies réellement utiles, car elles auront survécu ». Un signe qui pour lui ne trompe pas, c’est le nom que l’on donne à la technologie : « si son nom est en anglais, c’est que le concept n’est pas encore abouti ; et puis, le saviez-vous, c’est ici-même, à Sainte-Barbe, que fut rédigée La Deffence et Illustration de la Langue Francoyse, n’oublions pas notre dette envers ce bon vieux Du Bellay ». C’est aussi cela, le travail d’un directeur : tempérer l’enthousiasme de la jeunesse, pour lui éviter de tomber dans les attrape-nigauds du marketing.

Notre entretien touche à sa fin. Le temps de M. Michaud est précieux, Fugit irreparabile tempus, et nous lui exprimons notre gratitude pour sa disponibilité. « C’est naturel, et cela participe des missions qui incombent à un directeur », nous assure-t-il en nous raccompagnant, « parfois, en désacralisant la fonction, on conforte d’autant la confiance de l’équipe, tout aussi nécessaire ». Qu’ajouter à cela, sinon « Mission accomplie, M. le directeur » ?


Une réflexion sur « M. Michaud »

  1. Passée de Sainte Barbe à Saint Hughes de Chartreuse, de Calvin à Champollion et Stendhal, je n’ai pas oublié la montagne di savoir ni son établissement historique.
    Bravo au(x) portraitiste’s) pour la finesse et l’acuité de leur plume !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.