Défense et illustration des périodiques imprimés

Périodiques

Faisons un brin de Causette au sujet des périodiques, en essayant de ne pas partir tous Azimuts.

Le XXIe siècle est le Temps des médias, où cohabitent des supports d’information variés (journaux, radio, télévision, revues électroniques…) et des moyens de communication instantanée, qui nous permettent à tout moment d’avoir des Echos des événements internationaux. Dans ce paysage médiatique en Expansion transformé par les Réseaux sociaux et par le Web 2.0, l’information devient immédiate et peut combiner différents supports (textes, photos, vidéos, graphiques, frises chronologiques1…).

Quel rôle peuvent jouer encore les périodiques imprimés dans ce Vacarme médiatique au Mouvement incessant ? Nés au Dix-huitième siècle, largement concurrencés au Vingtième siècle, sont-ils encore d’actualité aujourd’hui ? L’ensemble de la chaîne du livre, de l’éditeur au Documentaliste, est confrontée à des Problèmes économiques ; les kiosques et autres Points de vente constatent une forte baisse des ventes ; certains journaux et revues doivent cesser de paraître faute de Capital2 : continuer de publier un périodique imprimé est alors pour les éditeurs un véritable Challenge, qui les pousse à concevoir différentes Stratégies.

L’Équipe du service des périodiques de la bibliothèque Sainte-Barbe propose d’apporter ses lumières. Nous observons que le poids des périodiques imprimés reste important dans le paysage médiatique, comme en témoignent la création de nouvelles revues3 et la persistance de nombreux titres parfois centenaires4 (oui, il y a plusieurs exemples de Revue durable, à noter dans les Annales). Nous proposons plus de 300 titres5, et nous voyons souvent les usagers les consulter. Les journaux et revues imprimés restent importants, à plus d’un titre, dans le paysage médiatique.

Notre Première remarque, c’est que les périodiques nous éclairent sur l’ensemble des champs de la connaissance. La bibliothèque interuniversitaire Sainte-Barbe est située au cœur du Quartier latin, non loin de la Place de la Sorbonne, et accueille chaque mois plusieurs milliers d’étudiants de licence et master. Pour répondre à leurs besoins, les revues couvrent toutes les disciplines universitaires représentées dans l’établissement : Littérature, langues, droit, économie, arts et Histoire de l’art, Sciences humaines (Histoire, Géo, Socio, Philosophie, psychologie, etc.). En complément des monographies, les revues proposent à L’Étudiant des connaissances et analyses utiles pour des révisions ou pour la Recherche. Grâce à elles, il pourra décortiquer un texte Poétique, découvrir les rouages d’une Entreprise, l’art du Management ou des rudiments de Linguistique, ou étudier des auteurs de Langue française qui ont marqué le Romantisme. Une revue de langues est utile pour des Études anglaises ou des Recherches germaniques ; dans une Revue historique, les successeurs d’Hérodote pourront se documenter sur les Sociétés Médiévales ou sur les Temps modernes. Paraissant régulièrement, les périodiques offrent des informations récentes, par exemple sur l’actualité du Droit social ou du droit des affaires. Certaines revues de vulgarisation permettent aux non spécialistes de découvrir des notions élémentaires d’une discipline, d’enrichir leur culture générale. Au contraire, les revues spécialisées, écrites par des enseignants-chercheurs, sont plutôt destinées à des lecteurs qui connaissent déjà les rudiments et le Vocable de la discipline, et qui veulent approfondir leurs connaissances.

Pluridisciplinaires, les périodiques de la bibliothèque Sainte-Barbe couvrent aussi l’ensemble des continents. Des journaux en anglais, allemand, italien et espagnol permettent aux usagers de se renseigner sur l’actualité d’un pays tout en s’exerçant à la lecture d’une langue étrangère. Plus largement, nos revues apportent des informations sur des Multitudes de pays du globe, en Europe, Afrique Asie, ou aux Amériques. Par des enquêtes sur le Terrain, elles éclairent des Questions internationales, comme les Problèmes d’Amérique latine ou la situation de l’Allemagne d’aujourd’hui et de l’Afrique contemporaine. Elles montrent les particularités de chaque pays, de sa culture, de sa Population. Grâce à des reportages photos ou à des articles approfondis, l’usager, souvent Parisien, peut découvrir des Cités reculées, de nouveaux Espaces : « Lire, c’est voyager ; voyager, c’est lire »6. En nous faisant mieux connaître l’Autre, elles nous font mieux connaître l’Homme, et ViceVersa. Une revue, c’est un regard sur l’Humanité.

L’Actualité (avec un Granta) est un des points forts des périodiques à Sainte-Barbe. Le kiosque propose de nombreux journaux internationaux de référence, quotidiens, hebdomadaires ou mensuels, qui illustrent l’éventail des opinions et des tendances journalistiques7. A travers la Chronique politique, économique ou littéraire, ils présentent l’ABC de l’information et mettent le lecteur à l’Avant-scène de l’actualité. D’autres revues qui paraissent tous les 3 mois, voire tous les 6 mois, choisissent d’aborder l’information sur le Long cours, de prendre le temps d’Observer, d’analyser, pour mettre en Perspective différentes informations, faire le Point sur l’essentiel de l’actualité et en trouver les Enjeux. Comme le disent nos collègues de la BPI, « Face à la tyrannie du présent, elles prennent du recul, le temps de la réflexion, le temps de la pensée critique (…) : l’envers de la lecture kleenex, vite vue, vite oubliée et vite jetée ; à rebours des autoroutes de l’information, elles frayent des chemins de traverses, balisant des territoires inexplorés, cultivant des écritures nouvelles » 8. Selon que leur ligne éditoriale privilégie la politique, l’économie, la culture ou la société, les revues raconteront la Libération des otages, se livreront à une Analyse financière d’un secteur d’activité en proie à un Mouvement social, ou analyseront la Politique étrangère, les différents Pouvoirs, le Trafic d’armes ou le devenir des Friches industrielles (citer tous les sujets serait Infini). Les revues sont un miroir des Sociétés contemporaines. Parfois, elles offriront une Tribune pour un Débat entre des personnalités politiques ou économiques de différents bords, où chacun apportera son propre Commentaire sur l’actualité. Ainsi, les revues affinent notre Manière de voir et développent notre Esprit Critique.

Dernière remarque : complémentaires aux revues électroniques, les périodiques imprimés conservent le charme du papier. Les étudiants sont nombreux à les consulter, pour des usages divers. Certains, pleins d’énergie comme s’ils avaient mangé du Tigre, restent debout entre deux rayonnages pour jeter un coup d’œil Express aux articles qui les intéressent. D’autres, penchés sur un Coin de table, les compulsent attentivement en prenant des notes, sans se fier à leur mémoire d’Éléphant. Entourés de leurs cours, livres et fiches de lecture, ils semblent trouver un périodique imprimé plus pratique ou plus agréable à Lire que la version électronique. D’autres enfin les parcourent, confortablement installés dans les fauteuils du kiosque, l’estomac alourdi par un Banquet et par un café Espresso. Feuilleter une revue est un plaisir, un moment de détente. Beaucoup de revues de référence en lettres, langues et sciences humaines sont brochées, avec une couverture granulée, un papier épais, une typographie soignée ; leur présentation, aussi sérieuse que leur contenu, ressemble parfois à celle des monographies. Les revues d’actualité ou de vulgarisation intègrent des cartes, des photographies, des illustrations, des reproductions des chefs-d’œuvre des Beaux-arts, et adoptent une présentation moderne, colorée, attrayante. En deux ans, nous avons vu plusieurs revues adopter une nouvelle maquette, Revue et corrigée, en changeant de format ou de modèle9. Formés au Marketing, les éditeurs ont bien compris que, pour qu’une revue perdure et trouve son public, la présentation compte presque autant que le contenu : une revue doit attirer l’Œil des lecteurs, pour être vue et revue.

Ainsi, malgré la concurrence de l’électronique et des difficultés financières, le bilan reste Positif, et le rôle des périodiques imprimés reste important. Ils nous offrent des éclairages sur tous les champs de la connaissance, sur toutes les contrées de la planète, sur tous les sujets d’actualité. Recueil de savoir, invitation au voyage, porte de l’imaginaire : ils sont une fenêtre ouverte sur le Monde.

PS : Je remercie mes responsable et collègues, Thierry Salomon, Sophie Potdefer et Guillaume Babdor, pour leurs idées et relecture.

  1. Par exemple, des frises chronologiques retracent le conflit syrien, en illustrant les principaux événements par des images ou des vidéos (http://rue89.nouvelobs.com/2013/09/01/syrie-chronologie-tout-comprendre-245336) ou par des commentaires et des liens vers des articles (http://ici.radio-canada.ca/sujet/syrie/2013/06/19/001-chrono-conflit.shtml). []
  2. Depuis 2 ans, plusieurs de nos périodiques sont morts : 48-14 (la revue du musée d’Orsay), l’Entreprise, la Lettre du CSA, Médias, le Mensuel du Monde, le Monde dossiers et documents, Newsweek, Societal. []
  3. Parmi nos nouveaux abonnements, plusieurs revues ont moins de 5 ans d’existence : 6 mois, Carto, L’Éléphant, France Culture Papiers, Long Cours, Terra éco, la Revue dessinée, Socio, Tous urbains. Le site Ent’revues recense 70 revues nées depuis le 1er janvier 2014 (http://www.entrevues.org/revues/ , consultation le 18/04/14). []
  4. Malgré des changements de titre, New Statesman a fêté ses 100 ans l’an dernier ; L’Humanité et ABC ont 110 ans ; La Gazette du Palais a plus de 125 ans ; le New York Times a plus de 150 ans. Nos doyens sont la Revue des deux mondes, fondée en 1829, Le Figaro, le plus vieux quotidien français, fondé en 1826, et l’hebdomadaire anglais The Observer, fondé en 1791. []
  5. 99 de ces titres (je n’aime pas les nombre ronds) sont cités dans le corps du texte. []
  6. Victor Hugo, Choses vues. []
  7. Le site de Courrier international (http://www.courrierinternational.com/sources_overview) présente les principaux journaux français et étrangers, leur histoire et leur ligne éditoriale. []
  8. Extrait du journal de la BPI, De ligne en ligne, n° 13, janvier-mars 2014, cité ici : http://www.entrevues.org/libres-propos/des-revues-en-mouvement/ []
  9. Courrier international a diminué son format, pour être plus pratique à consulter et à transporter ; le Magazine littéraire vient de changer de graphisme ; la Revue des deux mondes a adopté en septembre 2013 une nouvelle maquette et de nouvelles rubriques. Depuis mars 2014, le Bulletin des bibliothèques de France a fait peau neuve, avec une nouvelle maquette et de nombreuses illustrations. En octobre 2013, après le décès de son fondateur, Maurice Nadeau, la Quinzaine littéraire a changé non seulement de titre en devenant la Nouvelle quinzaine littéraire, mais aussi de maquette. []

Une réflexion au sujet de « Défense et illustration des périodiques imprimés »

  1. article intéressant et les clins d’œil en italique amusant. je voudrais juste intervenir sur un sujet général : version papier et version électronique. Je trouve que votre article est un brin trop mélancolique tirant sur la nostalgie de ce qui fut. je pense qu’il serait bon de penser que le numérique n’est pas forcément l’ennemi du papier. que tout peut exister, voir cohabiter ensemble, aux journaux de trouver le bon format, de faire de vrais créations numériques de qualité pour que les gens puissent lire confortablement sur leurs mobiles ou leurs tablettes car j’avoue qu’aujourd’hui c’est un peu difficile….maintenant votre article a l’avantage de montrer ce qu’on trouve dans votre bibliothèque, et c’est un travail de qualité car vous êtes à l’affut de tout avec cette envie de faire découvrir les nouveautés et cette audace qu’ont encore des gens à créer et publier de nouvelles revues. préservons-les et je sais aussi que vous avez de nombreuses ressources électroniques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *