Le désherbage des périodiques imprimés

Désherbage des périodiquesLe contexte

En 2014, la bibliothèque Sainte-Barbe compte 304 titres, dont 224 empruntables (74%) et 80 non empruntables (26%).

Les périodiques imprimés relevant des domaines disciplinaires sont répartis dans les étages : les revues de littérature au 1er étage avec la littérature, celles de droit au 3e étage avec les ouvrages de droit, etc.

41% des abonnements, soit 124 titres, sont mis à disposition des usagers dans l’espace dit du « Kiosque », lieu de convivialité où les lecteurs peuvent tout à loisir venir feuilleter la presse, converser… ou dormir. On y trouve des journaux, des magazines et des revues de niveau grand public, ainsi que des revues de niveau universitaire pluridisciplinaires, ou ne relevant pas strictement des domaines disciplinaires représentés à la bibliothèque.

Comme pour les monographies, la totalité des périodiques est en libre accès et le prêt est largement privilégié. Il existe toutefois des exceptions à cette règle : les revues de droit ne peuvent être empruntées et, au kiosque, 52 des 124 titres (42%) sont également exclus du prêt soit l’ensemble des quotidiens et la plupart des hebdomadaires, appartenant en majorité à la presse d’information politique et générale.

La bibliothèque Sainte-Barbe n’étant ouverte que depuis 5 ans il n’y a eu à ce jour aucune campagne de désélection, le nombre de titres s’est globalement accru passant de 275 en 2009 à 304 titres actuellement (en incluant les titres morts).

Une part de cet accroissement provient du catalogage des suppléments et hors-séries dont les notices n’étaient pas toutes signalées dans le Sudoc lors de l’ouverture de la bibliothèque.

La plupart des (quelques) titres arrêtés l’a été suite à des cessations de parution.

Les critères

La durée de conservation

Le premier critère de désherbage des périodiques imprimés à la bibliothèque Sainte-Barbe est la durée limitée de la conservation : la date du désherbage est programmée dès l’arrivée des fascicules.

Au kiosque, la durée de conservation la plus courte est d’une semaine (L’Officiel des spectacles) ; les quotidiens sont conservés 1 mois, les hebdomadaires 2 mois, les mensuels entre 1 et 5 ans.

L’intérêt éphémère des contenus mais également l’espace disponible ont un impact direct sur ces durées de conservation. L’état des collections est également pris en compte ; celles-ci n’étant pas reliées se dégradent rapidement, tout particulièrement les journaux.

Les revues disciplinaires sont conservées plus longtemps, mais la durée maximale de conservation d’un titre à la bibliothèque Sainte-Barbe n’excède pas 10 ans. Les revues de droit, souvent manipulées, sont les seules à être reliées pour être conservées pendant une décennie.

Le désherbage régulier des fonds, qui a commencé dès 2009, est purement un désherbage des collections rétrospectives.

Les usages

La notion d’usage, si importante pour le désherbage des monographies, intervient aussi, quoique de façon indirecte. A l’examen des statistiques de prêts, le responsable du service des périodiques peut décider de modifier la durée de conservation de tel ou tel titre.

Pour mieux évaluer les usages des collections, en particulier des titres exclus du prêt, deux campagnes de relevés des consultations sur place ont été organisées. La plupart des fascicules n’étant pas équipée de codes à barres1, les relevés ont été effectués de façon manuelle.

Les résultats des deux semaines tests, croisés avec les données disponibles sur les prêts, permettent de dégager des pistes pour les réimplantations et l’amélioration de la valorisation des collections. Même si deux campagnes de consultation sur place ne peuvent refléter tous les usages d’une collection de périodiques leurs résultats ont mis en évidence la nécessité de dynamiser certains fonds et d’améliorer l’adéquation entre l’offre et les besoins des publics de la bibliothèque. L’évaluation de la consultation et de l’emprunt entrera également en ligne de compte dans la rédaction du nouveau plan de développement des collections de périodiques (nombre de titres, durée de conservation), plan dans lequel sera évidemment inclue la politique de désherbage.

L’existence d’une version électronique

L’existence d’une version en ligne a également un impact sur la durée de conservation de la version imprimée. Par exemple, Alternatives économiques n’étant plus disponible sur Factiva, sa durée de conservation est passée de 3 à 10 ans.

Les procédures

Le désherbage de la presse quotidienne

Le désherbage des quotidiens de plus d’un mois est effectué une à deux fois par semaine. Un tableau programmant les désherbages mensuels de la presse permet de suivre l’ensemble des titres.

Les titres qui seront donnés sont mis de côté, les antivols désactivés et les numéros de fascicules saisis dans des listes qui seront ensuite envoyées aux bénéficiaires. Comme pour les monographies, l’établissement conserve la trace de toutes les collections dont elle s’est défaite.

Le désherbage des revues et magazines

Les revues sont désherbées chaque mois ; là aussi un planning mensuel de désherbage a été mis en place.

Les procédures de désherbage sont allégées par rapport aux monographies :

  • Pas de modification des exemplaires dans le Sudoc où seule la durée de conservation est signalée. C’est seulement lorsque tous les numéros d’un périodique ont été désherbés (dans le cas d’un périodique ayant cessé de paraître et dont le dernier numéro reçu a atteint la durée de conservation prévue) que l’exemplaire de la bibliothèque est supprimé.
  • Changement de statut dans le SIGB (Aleph) avec attribution d’un statut « Désherbé » et d’un destinataire,
  • L’estampille « Retiré des collections » est appliquée sur la page de titre,
  • Enfin, l’antivol ou la puce RFID sont neutralisés.

Les fascicules traités, hormis ceux destinés au pilon, sont ensuite classés par thème (art, économie, langues et littératures, etc.), mis en cartons, puis entreposés dans un local de stockage temporaire.

Les fascicules désherbés peuvent être proposés aux responsables de collections lorsqu’il s’agit de numéros thématiques, possédant ISBN et titres propres2. Une liste des fascicules disponibles leur est transmise après chaque désherbage mensuel, ils disposent ensuite d’un mois pour faire leurs choix.

Les responsables de collections sont prioritaires pour recevoir ces numéros. Lorsque les fascicules désherbés par le service des périodiques sont transférés des fonds de périodiques aux fonds de monographies, ils sont catalogués comme numéros isolés de périodiques et sont signalés en tant que monographies (mise à jour du statut dans le SIGB).

Le service des périodiques établit un bilan annuel des numéros ainsi transmis aux acquéreurs.

Les destinataires

La réglementation régissant la cession gratuite des collections de l’État a été décrite dans l’article précédemment  consacré au désherbage des monographies imprimées.

Les conditions de cession des périodiques diffèrent cependant sur quelques points :

  • Les titres disponibles à l’issue de leur durée de conservation à la bibliothèque Sainte-Barbe sont proposés à des destinataires potentiels qui choisissent en fonction de leurs centres d’intérêts et de l’âge des publications. Par exemple, si un titre est conservé 5 ans, les numéros ne seront envoyés que passé ce délai. Il ne s’agit pas d’un don de collections récentes.
  • La bibliothèque n’est pas tenue de fournir la collection complète, certains numéros peuvent avoir été retirés car choisis par les acquéreurs, d’autres peuvent avoir disparu.

Les destinataires potentiels sont clairement informés de ces conditions. Une fois les titres sélectionnés, les numéros devenant disponibles leur sont systématiquement réservés ; un tableau des destinataires est tenu à jour par le service des périodiques.

En fin d’année civile, les bénéficiaires peuvent, s’ils le désirent, demander l’arrêt de la (ou des) cession(s).

Dons aux associations

La convention signée avec Bibliothèques sans Frontières3 (2010) concerne périodiques et monographies, il en est de même pour celle signée avec Le Bouquin Volant4 (2012).

La convention signée avec l’École sous l’Arbre Humanitaire5 (2014) ne concerne que les monographies, l’association ne recevant pas de périodiques6.

Dons aux collectivités publiques

Certains titres sont donnés à la Poéthèque7, bibliothèque spécialisée qui rassemble plus de 40 000 revues poétiques et littéraires remontant pour les plus anciennes à 1783.

La Poéthèque est une association loi 1901 et, à ce titre, aurait pu figurer au paragraphe précédent. Cependant, contrairement aux associations précitées, la Poéthèque n’est pas une œuvre d’assistance telle que définie à l’article L3212-2 du Code général de la propriété des personnes publiques (CGP3).

Par ailleurs, la Poéthèque est rattachée à La Cave Littéraire de Villefontaine, Maison de poésie8, elle est donc liée à une collectivité territoriale. Son activité, répondant à des motifs d’intérêt général, la place également dans le cadre réglementaire des cessions aux collectivités publiques9.

Comme pour les monographies, la bibliothèque Sainte-Barbe travaille avec les bibliothèques des établissements publics voisins : bibliothèque Sainte-Geneviève, bibliothèques des lycées pour les classes préparatoires aux grandes écoles (Henri IV, Fénelon…).

Enfin certains échanges se font via Euroback10. Créée en 1995, Euroback est une plateforme destinée à faciliter les échanges de doubles de périodiques entre bibliothèques et centres de documentation européens. Son principe est le partenariat et l’échange à titre gratuit, l’accès à la liste se fait sur inscription. La bibliothèque Sainte-Barbe participe à Euroback. Une fois par mois le service des périodiques envoie une liste des numéros disponibles et les bibliothèques intéressées prennent contact par mail. Les numéros envoyés et les établissements bénéficiaires sont répertoriés dans une liste « Propositions Euroback [Année aaaa] ». Le statut de traitement dans Aleph est alors mis à jour par ajout d’une note « don Euroback ».

Le pilon

Près des deux tiers des fascicules désherbés ne sont  pas demandés et sont pilonnés. L’absence de magasins et les missions de l’établissement excluent d’ailleurs toute conservation à long terme des périodiques imprimés. Enfin, la bibliothèque Sainte-Barbe n’est abonnée à aucun périodique qui ne fasse l’objet d’une politique de conservation dans d’autres établissements11.

Quelles statistiques ? Pour qui ?

Les données recueillies par l’ESGBU concernant le désherbage des périodiques se limitent au nombre de titres éliminés. Les données sont consultables sur le site de l’ASIBU12.

Au chapitre désherbage du rapport d’activité annuel de la bibliothèque Sainte-Barbe, on trouve des données équivalentes à celles des monographies, à savoir le nombre de titres désherbés, le nombre de fascicules désherbés et leur répartition par destinataires13 :

  • Don à Bibliothèques Sans Frontières
  • Don au Bouquin Volant
  • Don Autres14
  • Pilon

Contrairement aux monographies, il n’y a pas de données par critères de désherbage puisque le seul critère apparent serait : « durée de conservation expirée ».

Les périodiques de la bibliothèque Sainte-Barbe n’étant pas cotés en classification décimale de Dewey, ils ne font pas l’objet de statistiques par tranches de cotes, contrairement aux monographies 15. Ils sont toutefois classés par disciplines et les périodiques localisés au kiosque, répertoriés à part, ont un sous-classement disciplinaire qui leur est propre.

Le service des périodiques dispose des diverses données chiffrées et indicateurs avec un niveau de granularité homogène (nombre de titres/discipline, nombre de prêts/discipline, etc.).

Des données chiffrées fines comme le nombre de prêts par exemplaire désherbé sont également disponibles au titre à titre pour les périodiques imprimés. L’examen de ces données participe à la décision de modifier la durée de conservation d’un titre.

En 2013, 241 titres ont été désherbés pour un total de 8 778 fascicules : 36 % d’entre eux ont été donnés aux associations, 3% aux collectivités (y compris via Euroback) et 61 % ont été pilonnés.

La bibliothèque Sainte-Barbe s’est dotée pour les monographies et les périodiques d’outils statistiques relativement similaires permettant d’organiser et d’évaluer le désherbage de façon homogène et cohérente. Cependant, il demeure hasardeux d’établir des comparaisons systématiques entre les données liées à deux types de publications très différents.

Bibliographie

FRANCE, Code général de la propriété des personnes publiques, Légifrance, [2007-2008]. Disponible sur le Web : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006070299&dateTexte. Consulté le 23 mai 2014.

GAUDET Françoise et LIEBER Claudine, Désherber en bibliothèque : manuel pratique de révision des collections, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2013. ISBN : 9782765413813

SORBARA Jean-Gabriel, « De quelques conséquences du Code général de la propriété des personnes publiques sur la gestion des collections », Bulletin des Bibliothèques de France [en ligne], n°1, 2009. Disponible sur le Web : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-01-0038-005. Consulté le 23 mai 2014.

  1. En particulier les quotidiens du kiosque. []
  2. Conditions sine qua non pour être catalogués dans le Sudoc comme monographies. []
  3. http://www.bibliosansfrontieres.org/ []
  4. http://www.lebouquinvolant.com/ []
  5. http://www.ecolesouslarbre.org/ []
  6. Voir l’article Désherbage des monographies imprimées, § Les destinataires. []
  7. http://www.lacavelitteraire.com/index.php?Itemid=35 []
  8. dans l’Isère. Voir http://www.lacavelitteraire.com/ []
  9. Cf. le Guide pratique du CGP3, chap. III, section 2, titre II. Les cessions à titre gratuit et l’article Désherbage des monographies imprimées, § Les destinataires. []
  10. http://www.lists.ulg.ac.be/mailman/listinfo/euroback []
  11. Par exemple les périodiques imprimés édités en France bénéficient tous du dépôt légal, leur conservation est assurée par la BnF. []
  12. https://www.sup.adc.education.fr/asibu/ []
  13. Chiffres globaux et déclinés par fonds disciplinaires. []
  14. Sous cet intitulé sont regroupés les dons aux collectivités publiques et via Euroback. []
  15. Voir l’article Désherbage des monographies imprimées. []

2 réflexions sur « Le désherbage des périodiques imprimés »

  1. Madame, Monsieur,

    L’Académie des sciences d’outre-mer possède des stocks de sa revue Mondes et Cultures et souhaiterait faire don de ces exemplaires à toute bibliothèque qui en fera la demande.

    Cette opération permettrait de compléter vos collections déjà existantes ou en créer une nouvelle.
    Nous nous adressons à l’ensemble des établissements parisiens, dont certains peuvent, de par leur champ disciplinaire, décliner cette offre : dans ce cas, n’hésitez pas à relayer cette information auprès de toute personne susceptible d’être intéressée (particulier, partenaire culturel ou autre), sachant que cette collection contient des témoignages et des analyses de personnalités éminentes couvrants les cinq continents du monde.

    Dans l’attente de vous rencontrer,

    Bien cordialement,

    Blandine Journoud
    Assistante bibliothécaire

    Académie des sciences d’outre-mer
    15 rue La Pérouse
    75116 PARIS
    courriel : biblioasom@academiedoutremer.fr
    site web : http://www.academieoutremer.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *