Denis

Denis est responsable de la formation des publics et du personnel de la bibliothèque Sainte-Barbe depuis septembre 2013. Un concours à préparer, des compétences à acquérir, un nouveau collègue à accueillir ? C’est son domaine. Favoriser l’ouverture à de nouveaux savoirs est d’ailleurs une préoccupation omniprésente dans l’ensemble de son parcours.

C’est par vocation que Denis choisit le métier d’instituteur. Après une formation à l’École normale d’Auteuil et des études de musicologie à la Sorbonne, il débute son sacerdoce à Paris, poursuit en banlieue, et enfin en province rurale. Autant d’environnements très différents pour une même gratification : la satisfaction d’aider les enfants à apprendre le monde et à penser par eux-mêmes.

De ce métier extrêmement exigeant, il retire un perfectionnisme, un investissement et une constante recherche d’amélioration qui deviendront des habitudes de travail.

Il expérimente tous les niveaux scolaires, la direction d’école, l’accompagnement des jeunes collègues. Puis, il ressent qu’un écart se creuse entre l’institution et ses exigences et valeurs. De plus, il regrette l’absence de perspectives professionnelles correspondant à ses envies d’innovation et d’expérimentation. Il décide donc d’amorcer un tournant dans sa carrière.

Fin mélomane, et usager assidu des bibliothèques municipales, il répond à une annonce proposant un poste de discothécaire dans un réseau des médiathèques de Seine et Marne. Détaché de l’Éducation nationale, il sera finalement assistant qualifié du patrimoine – discothécaire, pendant six ans. Il apprend son nouveau métier « avec les bonnes rencontres », s’initie à l’encadrement de personnel, crée un fonds de partitions et de DVD musicaux, et surtout expérimente un nouveau mode de relation avec le public : un public qui vient par plaisir et non par obligation, volontaire et non captif. En 2005, il est intégré à la Fonction publique territoriale. Quatre ans plus tard, on le retrouve responsable d’un secteur adulte. Une nouvelle médiathèque est en préfiguration au sein du réseau. Toujours avide de nouvelles découvertes, il postule à sa direction. Promu bibliothécaire en 2010, il la dirige de 2011 à 2013. Si le stade de préfiguration lui permettait de superviser l’ensemble (constitution des collections, création de nouvelles façons de travailler, management, recrutement, etc.), il s’aperçoit qu’il est difficile de tout cumuler une fois l’établissement ouvert au public. Il s’agissait en effet de « trouver une solution pour tout, tous les jours, d’avoir toujours une longueur d’avance ! ». Au cours de ces expériences successives, Denis affine ses méthodes de travail, et s’affirme « proactif » plutôt que « réactif » : tout planifier en amont, plutôt que bricoler dans le stress de l’imprévu.

Une fois la médiathèque en vitesse de croisière, il cherche à se rapprocher de Paris et consulte à nouveau les annonces de postes vacants. L’une d’elle retient son attention par un curieux hasard. Elle propose un poste de responsable formation à la bibliothèque Sainte-Barbe. Existe-t-il un rapport quelconque avec la petite chapelle du XIIème siècle, dédiée à la sainte, qu’il a visité la veille sur les falaises normandes ? Il ne lui en faut pas plus pour retenir l’annonce et commencer à cogiter. Paris, la formation, le quartier latin, une BU… Après avoir agité ce cocktail en tous sens dans sa tête pendant une semaine, c’est décidé, il postule. Et en route pour une nouvelle aventure.

Début sur les chapeaux de roue avec cinq jours de formation (la fameuse semaine de formation intensive des nouveaux permanents, en comparaison de laquelle le parcours d’entraînement militaire ressemble à une promenade bucolique) : Denis est à la fois formé et responsable de formation. Avec son investissement habituel, il observe, questionne, et se préoccupe déjà des réactions des autres nouveaux, à qui il demande un retour sur cette semaine.

Il apprécie cet équilibre entre le service public en salle de lecture, la responsabilité d’un secteur d’acquisition (les sciences de l’éducation), et sa mission spécifique de formation. D’ailleurs, il considère que ce métier repose sur la recherche constante d’équilibre : entre l’offre documentaire et la demande, entre l’intérêt du personnel et celui de l’établissement, entre une mission et une autre. Ce qui correspond bien à sa personnalité, toujours en équilibre entre innovation et conservation : s’il cherche en permanence à innover pour améliorer méthodes et outils de travail, Denis reste attaché aux valeurs traditionnelles de travail bien fait, d’engagement, d’exigence, de respect. Les valeurs de l’école républicaine.

La boucle serait bouclée, de l’école primaire à la bibliothèque universitaire ? Non, l’avenir reste ouvert à toute expérience, tant qu’il s’agit de transmettre. Denis aide chacun dans son projet professionnel. Il apporte motivation et méthode aux candidats aux concours des bibliothèques ou à une réorientation, aux agents désireux de développer une compétence sans trop savoir comment s’y prendre. Il s’y consacre avec humilité et rigueur, et apparaît comme un accompagnateur, avec qui les collègues tissent des relations de confiance : expliquer un CV, c’est raconter un peu de soi ! Parallèlement au conseil individuel, Denis s’attache à exercer également son rôle à l’échelle de l’équipe dans son ensemble. Ainsi, il ouvre une salle de formation, crée un jeu de piste didactique, s’interroge sur la motivation au travail… Et engage l’établissement sur le chemin du Plan de formation idéal !

Encore parmi les « petits nouveaux » de la dernière rentrée, nul doute qu’il saura accueillir avec enthousiasme les prochains « petits nouveaux », quand bien même ce n’est pas Sainte-Barbe-des-Falaises qui les aura guidés jusqu’ici…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.