Manger

Comment conçoit-on l’idée de se nourrir ou de se désaltérer dans une bibliothèque, et comment est-elle mise en pratique ? Il est aujourd’hui presque communément admis qu’une bibliothèque doit constituer un « lieu de vie » (expression d’ailleurs fortement discutable, tant sa signification demeure floue, ou peut-être faut-il la comprendre par opposition à « lieu de mort »?), et de comporter, dans cet esprit là, un espace dédié à la restauration et/ou au débit de boissons.

A.B.F. contre A.B.F. ?

A mon avis, il est délicat de s’improviser restaurateur ou cafetier. Ce sont quand même des corps de métier, avec leurs traditions et leur savoir-faire. Que penser de ces « lieux de vie », de ces espaces de restauration ou cafétéria qui sont animés par des distributeurs, meublés de manière à ce que la clientèle ne s’attarde pas trop, et néanmoins fréquentés ? S’agit-il de faire du dépannage ou de proposer une véritable offre culinaire ou de boisson ?

Le problème est, à mon avis, certainement plus large qu’une querelle d’école entre la profession cafetier et la profession bibliothécaire. On truffe presque tous les espaces de circulation ou de commerce de « lieux de vie ». On bâtit un centre commercial ? Pensons aux lieux de vie ! On réaménage une gare ? Pensons aux lieux de vie ! On rénove le hall d’accueil d’une C.A.F. ? Pensons aux lieux de vie ! Souvent, ces « lieux de vie » se résument à quelques meubles pour s’asseoir, quelques autres destinés à accueillir nourritures et boissons obtenues chèrement auprès de distributeurs automatiques, et peut-être quelques plantes. On se dira en ricanant que la mère Damidot est passée par là, mais le problème est certainement plus grave que des histoires de mobilier et d’aménagement d’espace.

Le problème est de mettre à disposition de manière permanente des publics (mais aussi des clients, ces deux espèces, n’étant distinctes que du point de vue des financeurs ; rappelons-nous que la S.N.C.F. est passée de la notion d’usagers à celle de clients, sans aucune campagne de communication), le café, les canettes de Sprite, les sucreries et les bonbons. Pourquoi ce besoin permanent d’avoir un café (de distributeur automatique) à la main ? Pourquoi le mouvement des « lieux de vie » agit dans ce sens là ? Les vrais cafés ferment les uns après les autres. Les cafés qui résistent déploient une offre de services plus large que celle qui leur était initialement attribuée (dans les petits villages, ils deviennent points-relais pour la Redoute, débit de pain, micro-épicerie). Et parallèlement à cela, la plupart des grands ensembles destinés à accueillir public ou clientèle, se dote d’espace-lieux-de-vie-cafés. Il ne s’agit pas ici de tirer à boulets rouges sur telle ou telle pratique, et surtout pas de marquer la scission brutale entre deux corps de métier, a priori très différents, entre cafetiers et bibliothécaires, mais de voir si des échanges ou l’établissement d’un dialogue demeurent possibles. Actuellement, on construit des ponts vers le mauvais rivage, celui des machines automatiques, ce qui fait que l’on va installer des pseudo-cafés dans tous les endroits imaginables, en dépouillant le « lieu café » de tout ce qu’il peut avoir d’intéressant, alors que si des négociations étaient engagées entre cafetiers et bibliothécaires, de nouvelles solutions pourraient être envisagées.

Pour l’instant, j’ai plutôt l’impression que les choses se passent comme dans le passage suivant.

Bibliothèque et hors-sac

Si le hors-sac au bas des pistes de ski tend progressivement à disparaître, il n’en est pas de même dans les bibliothèques, dans lesquelles les lecteurs planifient des journées de travail, et bien souvent tirent la nourriture de leur sac et comptent bien la consommer sur place. Mettons-nous pour quelque temps dans la peau d’un lecteur, à l’heure du repas, au cœur d’une journée de travail, confronté à l’offre gastronomique d’une bibliothèque. Quelles sont ses possibilités, au 4, rue Valette, bibliothèque-restaurant ?

« Après trois heures passées à travailler, mes neurones gluco-dépendants en pleine déconfiture, j’ai faim, j’ai soif. Aujourd’hui, je n’ai pas pris de Tupperware avec les restes de la veille, et je ne pourrais pas aller les déguster sur les marches des escaliers qui desservent les différents étages, entre deux personnes qui montent et trois qui descendent. Aujourd’hui, je vais essayer de me fournir sur place. Je jette un œil aux distributeurs, tapis dans l’entrée des toilettes. Tiens, c’est marrant, la carte des menus d’une bibliothèque est sensiblement la même que celle qu’il y a sur les quais du métro. De magnifiques distributeurs qui proposent de la nourriture de survie (pas tant que ça) à des prix de pharmacie. Cinq euros de Mars et de gâteaux bretons made in Rueil-Malmaison ne peuvent mettre un terme aux pleurs de mon estomac. Je me résous donc à quitter les lieux. Mon cas n’est pas dramatique : Subways, kebabs, sandwichs de boulangerie, sandwichs triangles de Franprix, ou… restaurants ? J’ai le choix. Sur place ou à emporter. J’opte pour un casse-croûte merguez-frites. C’est la fête. Et si j’emportais mon repas transportable à la bibliothèque ? Comme il va m’être difficile de franchir le portail d’accès, avec à la main un sachet chaud et odorant, je me contente du hall d’entrée et de ses courants d’air. Je finis par un café du distributeur, et retourne travailler. »

Voilà ce qu’on pourrait imaginer au sujet d’un lecteur-étudiant-mangeur, dans une journée ordinaire, au moment du repas. Les conditions de nourriture ne sont évidemment pas, comme nous pouvons le voir, idéales. Tout un travail reste à entreprendre. Dans l’objectif d’éviter la prolifération des pseudo-cafés issus d’un dialogue entre machines à café et bibliothécaires, il serait peut-être temps de développer une discussion avec les bistrotiers, et peut-être de s’engager dans un rapport gagnant-gagnant entre deux professions différentes, ou deux espèces, pouvant se compléter dans le même milieu naturel.


3 réflexions sur « Manger »

  1. Et les Restaurants Universitaires ? Quand on est étudiant, c’est le premier lieu prévu pour se restaurer sur son lieu d’études. Quand j’étais étudiante, je ne me posais pas la question : je mangeais au RU et la machine à friandises sert à dépanner ou s’accorder une pause par gourmandise.

  2. C’est bien vrai que pour se nourrir, les restaurants universitaires demeurent la meilleure solution lorsqu’on est étudiant. Il y a d’ailleurs des universités qui associent leurs différentes structures de services, comme par exemple le bâtiment Saint Exupéry de l’I.U.T. de Vélizy, qui concentre la bibliothèque universitaire et le restaurant universitaire. Mais je pense que des efforts restent à faire concernant la conception des espaces dédiés à la nourriture (même si elle n’est que de dépannage) et à la distribution de boissons. Dans cet optique, l’instauration d’un dialogue avec d’autres acteurs que les fournisseurs de distributeurs automatiques pourrait être profitable aux bibliothèques.

  3. Bonjour, pour notre part, dans la mise en place de la Fusée sur le campus de Lille, nous voulions un lieu de restauration. Nous nous sommes donc alliés à un restaurateur qui a implanté un corner. C’est un début 😉
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.