Tous les articles par Elsa Ferracci

La lettre

La lettre d’information électronique, arrivant à périodes fixes dans la boîte mail de ses destinataires, est l’un des moyens à la disposition des bibliothèques pour toucher leur public. Décriée par les uns pour son insuffisante modernité – n’est-elle pas un succédané informatique de la traditionnelle missive de papier ? – , par d’autres pour la pesanteur qui lui est parfois associée, ou encore pour ses taux d’ouverture souvent bas, la « newsletter » demeure cependant un média sans équivalent. Quand un message Twitter ou Facebook, dans son immédiateté, vise à proposer une information ponctuelle, en lien avec une actualité opérationnelle (message de service, événement ou manifestation, information sur une acquisition récente), la lettre d’information s’inscrit dans une durée plus longue. Quand un message bref n’a pas vocation à être conservé, relu, archivé, la succession des lettres d’information crée au contraire une continuité apte à véhiculer une image construite de l’établissement. Une lettre d’information permet également de proposer des textes plus longs que ceux des réseaux sociaux, et offre donc un mode de lecture différent. L’information peut ainsi être développée et structurée pour démontrer par exemple la cohérence des acquisitions dans tel ou tel fonds, présenter des services ou des ressources en ligne, etc. Continuer la lecture de La lettre

Tisser les relations entre une bibliothèque interuniversitaire et ses universités cocontractantes

Tisser les relationsAssurer les relations entre la bibliothèque Sainte-Barbe et ses universités cocontractantes : une mission a priori naturelle. Une bibliothèque interuniversitaire (BIU) a vocation à définir et mettre en œuvre une politique documentaire qui soit apte à répondre aux besoins de la communauté universitaire – et qui peut mieux cerner les dits besoins que la communauté elle-même ? La convention portant création, organisation et fonctionnement de la bibliothèque Sainte-Barbe mentionne d’ailleurs parmi ses missions que « la bibliothèque Sainte-Barbe développe ses services et ses fonds pluridisciplinaires en fonction des orientations scientifiques données par les universités contractantes » (article I.3). Mais les préconisations des textes se heurtent à la réalité du terrain – en l’occurrence, la complexité du paysage documentaire universitaire parisien, et le statut des bibliothèques interuniversitaires. Continuer la lecture de Tisser les relations entre une bibliothèque interuniversitaire et ses universités cocontractantes