Archives de catégorie : Réglages

Mutualiser un marché de livres

marché de livre

Acheter des livres est une fonction bien commune pour une bibliothèque. La tâche d’acquisition implique, invariablement, de sélectionner puis de payer. Pour ce qui est de la sélection, les bibliothèques universitaires se réfèrent à des documents de pilotage qui, s’ils font l’objet d’une validation par les instances universitaires (conseil d’administration et conseil scientifique), n’en émanent pas moins de la bibliothèque elle-même, qui génère, met en œuvre et évalue sa charte documentaire et ses plans de développement des collections. Se fixant comme objectif la satisfaction des besoins du public, le travail de sélection n’expose que peu la bibliothèque à des logiques qui ne seraient pas purement bibliothéconomiques. Il en va tout autrement du processus de paiement. Avec le mandat administratif qui marque l’aboutissement de la chaîne de facturation, on se trouve dans une dimension radicalement différente de celle qui rythme le travail des acquéreurs et qui, pourtant, le conditionne entièrement : celle des règles auxquelles se soumet l’acheteur dès qu’il est une personne publique – le code des marchés publics. Continuer la lecture de Mutualiser un marché de livres

Intégrer la bande dessinée aux collections d’une bibliothèque universitaire

L’idée

Pourquoi intégrer des bandes dessinées dans les collections d’une bibliothèque universitaire ? Tout simplement pour rendre accessible aux lecteurs une nouvelle forme d’ouvrages documentaires. Il est en effet bien dommage d’écarter les bandes dessinées des collections d’une bibliothèque universitaire alors que leur contenu peut y être parfaitement légitime. Pour l’instant, les pratiques d’acquisition élaborées à la bibliothèque délaissent les bandes dessinées, mise à part leur représentation dans la cote 741.5, par l’intermédiaire des ouvrages critiques ou théoriques ayant pour sujet la bande dessinée. Il ne s’agit pas de proposer des bandes dessinées à des fins de loisir, mais de rendre accessible cette forme d’expression dans le milieu universitaire qui, encore bien souvent, lui demeure hostile. Il ne s’agit pas non plus d’adopter un comportement, dans lequel les bandes dessinées relèveraient d’un quelconque prétexte. Je pense à ce sujet au syndrome des bandes dessinées dites historiques, dans lequel la valeur historique est censée apporter une légitimité à leur contenu (du type : « ce lecteur ne lit que des bandes dessinées, mais au moins, ce sont des bandes dessinées historiques »). Il s’agit plutôt d’intégrer des ouvrages dans lesquels le contenu prime sur la forme, ce qui lui permet de dépasser les préjugés qui lui sont attribués. De la même manière, l’objectif n’est pas d’acheter des bandes dessinées pour acheter des bandes dessinées. Tout simplement, il s’agit de ne pas se priver de cette forme d’expression. Continuer la lecture de Intégrer la bande dessinée aux collections d’une bibliothèque universitaire

Manger

Comment conçoit-on l’idée de se nourrir ou de se désaltérer dans une bibliothèque, et comment est-elle mise en pratique ? Il est aujourd’hui presque communément admis qu’une bibliothèque doit constituer un « lieu de vie » (expression d’ailleurs fortement discutable, tant sa signification demeure floue, ou peut-être faut-il la comprendre par opposition à « lieu de mort »?), et de comporter, dans cet esprit là, un espace dédié à la restauration et/ou au débit de boissons.

Continuer la lecture de Manger