Khellaf

KhellafNous nous croisons régulièrement dans les couloirs, les salles de lecture, dans la galerie technique où nous nous serrons la main, bonjour, ça va ? Oui, merci, bonne journée. Jamais nous n’avons pris le temps de nous arrêter ne serait-ce que pour faire comme tout le monde, parler de la pluie et du beau temps, accessoirement nous présenter, salut, moi c’est André. Bonjour, moi c’est Khellaf.

Khellaf, c’est lui, toujours le sourire et la main sur le cœur accompagnant le salut. En uniforme de soldat du feu il a une mission au sein du site Sainte-Barbe et ce, depuis trois ans. Cette mission, et il l’a acceptée, est d’assurer la prévention et la sécurité incendie dans les établissements recevant du public et les IGH (Immeubles de grande hauteur).

André, c’est moi, ma mission, acceptée non sans mal, est de vous présenter Khellaf, salarié de la société chargée d’assurer la sécurité du site.

Khellaf est donc, sous sa démarche tranquille, sa discrétion à toute épreuve et son uniforme de combattant du feu, une pièce maîtresse de la sécurité de la bibliothèque. Armé d’un walkie-talkie et d’un certificat de qualification professionnelle SSIAP niveau 1 (Service sécurité incendie et d’assistance à personne), préparant le concours de la fonction publique d’adjoint technique principal 2° classe, il est, avec ses collègues, un peu notre ange gardien. Il arrive avant tout le monde, part après tout le monde et même pendant ses congés, son téléphone personnel ne cesse de sonner.

La dernière fois, c’était il y a quelques semaines lorsqu’un étudiant a cassé un DM (détecteur manuel), sans aucune raison valable soit dit en passant. Khellaf roulait vers le nord du pays avec son épouse et sa petite fille lorsque son téléphone a sonné. Pendant une heure il a dû superviser la remise en marche de tout le système et ce, du bord de la route car en homme de sécurité et de prévention des risques, Khellaf ne téléphone pas au volant.

Le matin, il arrive donc le premier à Sainte-Barbe à 6h45 non sans avoir fait une halte au 46, rue Saint-Jacques, à la Sorbonne afin d’y prendre les clés, les émetteurs-récepteurs et le matériel nécessaire. A 6h50, le site est officiellement ouvert, l’alarme et la mise en sécurité du bâtiment sont désactivées, l’équipe d’entretien arrive et Khellaf distribue les pass, les clés aux chefs d’équipes. Il est 7 heures, la première ronde générale commence.

Arpentant tous les couloirs, toutes les salles, Khellaf vérifie, en lien avec un collègue au PC sécurité (où il doit toujours y avoir quelqu’un), les interphones (« Khellaf pour PC », « transmettez », grésillement, »bien reçu », grésillement, « terminé »), les ascenseurs (avec interdiction de les emprunter pour son propre usage car, dit-il en souriant, si je reste coincé, qui fera l’intervention ? Bien sûr), mais aussi la CPCU (Compagnie parisienne de chauffage urbain), le TGBT (Tableau général de basse tension, EDF) et le CTA (Centre de traitement de l’air). Il déverrouille alors toutes les issues de secours.

D’autres rondes auront lieu dans la journée afin de vérifier encore les moyens de secours, le cheminement d’évacuation (éviter l’encombrement des issues de secours) et repérer d’éventuelles anomalies sur le site.

En plus de ce travail quotidien obligatoire, Khellaf assure aussi le bon fonctionnement des matériels et moyens de secours, il veille à ce que les extincteurs soient pleins et en état de marche et il est le seul de l’équipe à faire ce travail. Lors de formations incendies organisées par la Chancellerie c’est lui qui prépare le matériel (remplir les extincteurs, changer les sparcklets, etc.).

En plus des spécificités de son métier et de son statut, on peut dire que Khellaf est un membre à part entière de l’équipe de la bibliothèque Sainte-Barbe qu’il dit considérer un peu comme une famille tant il trouve que l’ambiance y est bonne, « tout le monde se respecte et nous respecte nous aussi, ce n’est pas le cas partout, même le directeur frappe avant d’entrer au PC », c’est tout dire. Il accueille, oriente, renseigne les usagers de la bibliothèque au même titre que n’importe qui, il accueille et accompagne les personnes à mobilité réduite, bref, s’il n’était pas là, c’est sûr, une politique de recrutement s’imposerait (oui, elle s’impose déjà mais ce n’est pas le sujet).

Ange gardien, écrivais-je plus haut, ce n’est pas exagéré car combien d’étudiantes et d’étudiants, en été, à l’approche des partiels, attendant leur tour pour l’agrégation, ne se sont-ils pas retrouvés réanimés, après leur évanouissement, par Khellaf ?

Une fois notre journée terminée, les lecteurs évacués à 20 heures, Khellaf n’en a pas fini ! Il fait encore une ronde, verrouille tout ce qu’il a déverrouillé le matin, enclenche à nouveau l’alarme et la mise en sécurité du bâtiment avant que d’aller, à 21 heures, déposer au 46, rue Saint-Jacques, tout le matériel pris le matin.

Et ensuite, dit-il, « je rentre chez moi tranquille et satisfait, ce qui ne serait pas possible si l’ambiance n’était pas ce qu’elle est à Sainte-Barbe ». Khellaf ne dit pas ça pour faire plaisir et lorsqu’il raconte son expérience sur d’autres sites, on le croit sur parole.

Voilà qui est donc cet homme, Khellaf, habillé en pompier que l’on peut croiser, déambulant vigilant dans les salles de lecture et autres obscures galeries interdites au public et qui, sous son air réservé, sera la personne à suivre et à écouter si, par malheur, la bibliothèque devait être évacuée en urgence. C’est lui qui vous sauvera en appelant la brigade des sapeurs pompiers, en prévenant le PC Sorbonne, en accueillant et dirigeant les secours, ce sera lui le héros qui vous prodiguera les gestes qui sauvent si vous tombez en pâmoison entre deux étagères après avoir lu le code du travail en entier.

J’ai laissé Khellaf à sa mission, veiller à la sécurité de 1450 personnes tous les jours et sans vouloir lui jeter des fleurs, voici un petit florilège (ah, bah si, des fleurs quand même) de ce qu’on peut entendre à son sujet : « il a un calme d’ange… le sens des responsabilités… il est courtois… dynamique… ponctuel… sincère… attentionné… ».

Autant vous dire qu’il est quand même dommage que nous ayons attendu trois ans pour nous parler et ce, sans même parler de la pluie, ni du beau temps !


2 réflexions au sujet de « Khellaf »

  1. Je connais cette prose…
    Un peu longue parfois
    Mais de bon- alois,
    Sans vous jeter des roses !

    Le style pompier
    Dans un tel cas
    Serait, n’est ce pas,
    Bien adapté…

    Mais vous avez
    Choisi fort justement
    Le style et les mots appropriés
    Pour ces compliments
    Bien tournés….

    ……et par ma Sainte Barbe, rarement rasant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *